Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/02/2011

Poètes d'Europe - Vinko Kalinic (Croatie)

Vinko Kalinic 120.jpgVinko Kalinić, poète, journaliste et militant pour les droits de l'homme. Né en 1974 à Split, Croatie.
Il vit dans l'île de Vis, Croatie. Il édite le portail Internet de Moj otok Vis (www.mojotokvis.com).
Il met quotidiennement à jour son journal poétique sur Facebook

http://www.facebook.com/?ref=home#!/pages/Vinko-Kalinic/110184921886

Il est l'auteur de cinq livres de poésie.
Il est vivant, en bonne santé, et il écrit!

Lire la suite

19/02/2011

Poètes d'Europe - Alexa Wolf (Portugal)

Alexa Wolf 120.jpgALEXA WOLF :

Alexa Wolf est le pseudonyme de l’écrivaine Alexandra Margarida Lobo Cardoso Rodrigues Amaro, née en décembre 1966, originaire de Lisbonne. Elle est membre de l'Association portugaise des Ecrivains, de la Société portugaise des Ecrivains et de l'Ordre national des Ecrivains (Brésil).
Elle est le mentor, la fondatrice et la présidente exécutive de l'Union Lusophone des Lettres et des Arts (association sans but lucratif pour tous les arts)
Depuis son jeune âge liée aux arts, elle a commencé par 2 années dans le Ballet Espagnol, plus tard, elle a exposé ses peintures en vitrail et étain, entre autres matériaux.
Le fait d'avoir participé en tant qu’actrice dans deux pièces, ainsi que comme assistante technique de mises en scène, l’a amenée à avancer toujours plus dans sa veine poétique et de chroniqueuse et lui a donné une plus grande créativité pour ses textes.
Elle est auteur de plusieurs livres très marquées par l'humour et le sarcasme et basés sur les scènes du quotidien, d’articles de presse et de publicités radiophoniques.


Alexa Wolf é o pseudónimo da escritora Alexandra Margarida Lobo Cardoso Rodrigues Amaro, nascida em Dezembro de 1966, natural de Lisboa. É sócia da Associação Portuguesa de Escritores, Sociedade Portuguesa de Autores, Ordem Nacional dos Escritores (Brasil).
É mentora, fundadora e actual presidente da União Lusófona das Letras e das Artes (associação sem fins lucrativos para todas as artes)
Desde muito nova ligada às artes, iniciou-se com apenas 2 anos no Ballet Espanhol, posteriormente teve os seus trabalhos de Pintura em Vitral e Estanho entre outros materiais, em exposições várias.
O facto de ter participado como actriz em duas peças de teatro e como assistente técnica de encenação, veio criar ainda mais na sua veia poética e de cronista, uma maior criatividade nos seus textos.
É autora de vários livros onde perdura o humor e o sarcasmo baseados em cenas do quotidiano, de alguns artigos no Jornal e Slogans para rádio.

4 de ses poèmes

Traduits et adaptés par Marc Galan et Athanase Vantchev de Thracy

DÉSILLUSION

Triste, très triste je suis...
Les mots n’arrivent pas à sortir,
L'inspiration m’a fui
Vers un lieu incertain.
Seule, je ne sais pas où je vais,
Tes poésies, je ne sais où tu les élabores.
Je les cherche dans mon imagination
Dans mon esprit désert,
Je voudrais écrire un poème
Qui soit un beau tableau,
Une douce mélodie,
Une prière, une oraison,
Mais perdue dans le carcan
D’une métrique contraignante
Et de rimes harmonieuses,
Rien ne jaillit, que désillusion.

DESILUSÃO

Triste, mais triste estou...
não me saem as palavras
Fugiu a inspiração
Para parte incerta.
Sozinha não sei onde vou
Tuas rimas não sei onde as lavras
Busco-as na imaginação
Em minha mente deserta
Queria fazer um poema
Uma pintura bonita
Uma suave melodia
Uma prece, uma oração
Porem perdida nesse esquema
De métrica catita
De rima na poesia
Nada sai, só desilusão


VIVRE POUR TOI

Tu es passé de la tempête au calme,
De l'ouragan féroce à un rayon de soleil.
Tu as apporté l’espoir comme une marée
Dans ma vie désordonnée et sans illusions.

Je voulais être une fleur délicate et candide,
J’étais une simple pâquerette
À la recherche incessante de ton amour,
Je me réveillais amoureuse et pleine de rêves.

Et si ce rêve de lis pur
N’est jamais devenu réalité,
Je n’en garde nulle amertume, car cela en valait la peine
De vivre pour toi, même en songe.

POR TE VIVER

Foste da tempestade a bonança,
Do feroz ciclone, um raio de sol…
Criaste na minha maré, a esperança
Nesta vida desiludida e sem controle.

Quis ser mimosa, mera flor
Fui simplesmente margarida
Em busca incessante do teu amor
Acordando apaixonada e iludida.

E se este sonho de pura açucena
A realidade nunca alcançar,
Não guardo mágoa, valeu a pena
Por te viver, mesmo a sonhar!


EN RÊVE

Quand je regarde le ciel bleu fleuri,
Tel un tapis, de petits nuages blancs
Je sens la chaleur du soleil sur ma peau
Comme je sens le doux contact
De ta main sur mon visage.

Quand je regarde la mer qui se jette, écumante
Sur les roches,
Les baignant de ses eaux
En libérant leurs odeurs iodées
Fraîche et volatile,
Je me mets à soupirer
Après les extases d'amour
Que nous n’avons pas encore vécues.

Quand j’entends le vent tournoyer
En sifflant
Et danser avec les feuilles d'automne,
J’imagine des valses qu'i m’emportent
Dans le rêve que je pourrai un jour
M’endormir dans tes bras.

NO SONHO

Olhando o céu azul manchado
Num tapete branco de nuvens,
Sinto o calor do sol na minha pele
Tal como o toque suave
Da tua mão no meu rosto.

Olhando o mar espumando
Violentamente nas rochas,
Molhando-as
Soltando seus odores de maresia
Fresca e solta,
Faz-me suspirar
Pelos êxtases d’ amor
Que ainda não fizemos.

Sentindo o vento rodopiando,
Assobiando,
Dançando com as folhas de Outono,
São valsas que me embalam
No sonho de um dia
Poder adormecer em teus braços.


TU ES LE SEUL FAUTIF

J'ai tu ce sentiment profond
De peur de te perdre,
De trop me dévoiler,
De me condamner.

J'ai étouffé ma souffrance
De ne pouvoir arriver jusqu’à toi
Libre et affranchie comme la nature nous le crie.

J'ai enfermé sous sept clés mon espoir,
Mon désir ardent de me réveiller, de vivre et d’aimer
Sous ton toit,
Dans l’attente que le reste de mon existence si renfermée
Réussira un jour à éclore.

Et si… je me cache en silence,
Sans témoigner ma tendresse
Avec la lune pour seul témoin,
Excuse-moi, mon amour…
Mais tu es le seul fautif !

A CULPA É SÓ TUA

Calei este sentimento profundo
Com medo de te perder,
De me dar a conhecer,
De me condenarem.

Abafei o meu sofrimento
Por não poder até a ti chegar,
Livre e solta como a natureza nos faz gritar.

Fechei a sete chaves a esperança,
A ânsia de um dia em teu tecto amar,
Viver e acordar,
No resto da minha existência tão fechada
À espera de desabrochar.

E se… me escondo calada,
Sem ternura demonstrar,
Vivendo apenas na lua…
Desculpa amor…
Mas a culpa é só tua!

15/01/2011

Poètes d'Europe - Duska Vrhovac (Serbie)

Duska Vrhovac, poète, auteur, journaliste et traductrice, est née en 1947 à Banja Luka, ex-Yougoslavie. Elle est diplômée de la faculté de philologie de l'université de Belgrade. Elle a travaillé dans divers médias et avec des journaux importants. Elle a été auteur et rédactrice pour des émissions de radio et de télévision. Journaliste de profession, au plus haut niveau de qualification professionnelle, elle a quitté son travail à la RTS (radio-télévision serbe) et travaille comme auteur et journaliste indépendante. Elle habite à Belgrade, Serbie.

slika01.jpgDuska Vrhovac est membre de l'association des auteurs de Serbie (membre du conseil pour les relations internationales), de la fédération internationale des journalistes et de l'association des traducteurs littéraires de la Serbie, et est ambassadeur des poètes en Serbie pour Poetas del Mundo, Santiago du Chili.

Elle a édité 16 livres de poésie dont beaucoup dont ont été traduits, en partie ou entièrement, en 17 langues (anglais, français, italien, espagnol, allemand, russe, chinois…) et est considérée comme l’un des poètes contemporains les plus célèbres de Serbie. Elle est citée dans des anthologies consacrées aux meilleurs poètes du monde. Elle a reçu des récompenses importantes pour la poésie et l'insigne d'or « pour la générosité, le dévouement, la persévérance et les contributions créatives accompli dans son temps de travail pour faire connaître la culture des nationalités de la République de la Serbie. » Elle participe à de nombreuses réunions, festivals et événements littéraires, ainsi qu’à des conférences journalistiques et scientifiques en Serbie et à l’étranger.

Биографија

Душка Врховац, песник, писац, новинар и преводилац, рођенa је 1947. године у Бања Луци. Студирала је на Филолошком факултету Универзитета у Београду и дипломирала Општу књижевност и теорију књижевности. Радила је у разним медијима и сарађивала са најзначајним листовима у земљи. Била је аутор и уредник бројних телевизијских емисија и серија. Новинар по професији, на врхунцу професионалних квалификација напустила је посао у РТС (Радио телевизија Србије) и од тада ради као независни писац и новинар. Живи у Београду.

Душка Врховац је члан Удружења књижевника Србије, International Federation of Journalists, Удружења новинара Србије и Удружења књижевних преводилаца Србије. Амбасадор је Poetas del Mundo (Песници света) у Србији.

Објавила је 16 књига поезије, од којих су неке, делимично или у целини, преведене на 17 језика. (енглески, италијански, шпански, немачки, руски, француски, кинески...) и важи за једног од најзначајнијих савремених песника. Заступљена је у антологијама у земљи и у свету. Добитник је значајних награда за поезију и признања Златна значка, које додељује Културно-просветна заједница Србије, "за великодушност, посвећеност, истрајност и креативни допринос ширењу културе народа и народности Републике Србије". Учествовала је на бројним књижевним и новинарским скуповима и песничким фестивалима у земљи и иностранству.

 

3 poèmes traduits par Athanase Vantchev de Thracy

 

QUAND UN ENFANT MEURT

Pour Nikola

Quand un enfant meurt,

On a tort de pleurer !

Chaque sanglot,

Chaque larme

Sont bien trop lourds

Pour les entrailles

Où il s'est blotti.

Quand un enfant meurt,

Aucune étoile ne tombe,

Elle monte plus haut,

Monte toujours

Sur sa maudite

Voie étoilée.

 

КАД УМРЕ ДЕТЕ

Сину Николи

Кад умре дете

сузе су неумесне,

сваки вапај и грч

сувише су гласни

за утробу

у којој се гнездило.

Када умре дете

звезда не падне

већ узлети више,

узлети неповратно,

на свом уклетом

звезданом путу.

 

LE NÉANT

 

Le néant rachète son temps,

Du même tissu sont faits les langes et les linceuls.

Du même bois sont faits le berceau et le cercueil,

De la même pelote sont tissés le bonheur et le malheur,

Du même feu sont issus la flamme et la cendre,

Sous la même peau, multipliés à l’infini,

Se terrent la soif de vie et le désir de mort.

 

НИШТАВИЛО


Ништавило откуцава своје време.
Од истог платна пелене и покров.
Од истог дрвета колевка и ковчег.
Од исте пређе срећа и несрећа.
Од исте ватре плам и пепео.
У истој кожи бескрајно размножена
жеђ за животом и жудња за срмћу.

 

ISIDORA

 

Voilà cinquante ans, voilà cinquante étés

Que vous dormez ici, mon Isidora,

Tricotant les rayons de lune au cimetière de Topčider,

Vos bras pleins de pluies,

Votre visage couvert de poignées de terre,

Entouré d’essaims de vers luisants,

Miroitant gardiens de la lumière crucifiée.

 

Vous gisez toujours, seule, rêvant

D'une chambre blanche et d’un lit

Trop large pour votre corps,

Trop étroit pour vos désirs ardents.

 

Je vous rends souvent visite en ce lieu

Afin de vous témoigner, de loin, mon respect,

Sans déranger les ailes de l’hirondelle

Perchée sur votre épaule.

 

C’est la fin de l’après-midi,

Le temps

Où nous chancelons d’épuisement

Et rendons l'âme.

 

Je vous vois passer

Sur le dallage en pierre

En bas du chemin sinueux

Du dernier rayon de lumière.

 

Un instant, comme par hasard,

Vous vous retournez et jetez un coup d'œil en arrière :

Les Serbes n'aiment pas les femmes intelligentes.

Ils les respectent, mais ne les aiment pas.

 

Voilà cinquante ans, voilà cinquante étés,

Que vous reposez ici, mon Isidora,

Tricotant les rayons de lune au cimetière de Topčider,

Vos compagnons de voyage

Traversent la chambre où j'écris

Pour toucher mon front d'une main froide,

Et s’arrêtent pour gribouiller, sur la même ordonnance,

Leur remède pour la fièvre, leur poison pour l'âme.

 

ИСИДОРА

 

Педесет лета, моја Исидора,

плетеш месечину на Топчидерском гробљу.

Наручје пуно кише,

прегршт земље на лицу.

Јато свитаца около,

светлосни стражари разапети трепере.

 

Још сама,

сањаш белу собу и кревет

простран за тело

и тесан за чежњу.

 

Навраћам често,

из прикрајка да ти се јавим,

да не узнемирим ластино крило

на твом рамену.

 

Касно је поподне

и данас,

време када се посустаје

и престаје.

 

Видим те,

низ калдрму

кривудавом стазом

последњег зрачка силазиш.

 

Кратко, као узгред,

осврнеш се:

Срби не воле паметне жене.

Поштују, али не воле.

 

Педесет лета, моја Исидора,

плетеш месечину на Топчидерском гробљу,

а кроз моју собу твоји сапутници,*

хладном руком чело дотичу,

на истом рецепту

лек за врућицу и отров за душу остављају.


Pour en savoir plus :
http://www.duskavrhovac.com/

08/01/2011

Poètes d'Europe - Athanase Vantchev de Thracy (France)

athanaseorg2.jpgAthanase Vantchev de Thracy est l'auteur de très nombreux ouvrages où il a illustré de très nombreux genres poétiques. Son sens du vers et du rythme, ainsi que son immense culture, se retrouvent dans son oeuvre qui lui a déjà valu une reconnaissance internationale.

Lire la suite

09:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, poème, europe, poète, amour

01/01/2011

Poètes d'Europe - hommage à Luis Arias Manzo

Puisque « Poètes d’Europe » est sous l’égide de l’association « Poetas del Mundo », nous souhaitons d’abord vous présenter quelques poèmes et une biographie de son fondateur, Luis Arias Manzo

Lire la suite

00:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, poème, europe, poète, amour