Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/04/2011

Poètes d'Europe - Anni Sumari (Finlande)

sumari_anni.jpgAnni Sumari, écrivaine et traductrice, vit à Helsinki où elle est née en 1965. Elle a obtenu un diplôme universitaire (Maîtrise à l’Université de Helsinki, 1991) en littérature générale et sciences de l'information, et a travaillé comme chargée de relations publiques et consultant pendant environ 7 ans avant de devenir écrivain et traductrice freelance en 1998.
Elle est l'éditrice de l'anthologie finlandaise bilingue de poésie How to Address the Fog - XXV poèmes finlandais 1978-2002 (Scottish Poetry Library / Carcanet, Royaume-Uni, 2005), une anthologie pour la jeunesse en langue anglaise de la poésie nordique en collaboration avec le poète Nicolaj Stochholm (Danemark) ("l’Autre côté du paysage », Slope Editions, USA 2006), et une sélection de la poésie contemporaine finlandaise dans le magazine balkanique Carnet de notes de Sarajevo (n ° 8-9/2005).
Anni Sumari a écrit 11 livres, ainsi que des poèmes en prose lyrique. Elle s’est faite remarquer par son ouvrage « Nombre et mesure », qui a reçu le prix radiophonique Dancing Bear du meilleur livre de poésie en 1998, et qui a depuis été traduit en suédois (Matt och mängd, Ellerströms, Suède, 2000). Les textes de Sumari ont été traduits et publiés dans des anthologies et des magazines écrits en 20 langues environ. Un recueil de ses poèmes a été publié en Slovaquie en 2007.
Sumari a reçu une bourse de l'État finlandais pour la période 2007-2011. Son dernier recueil de poèmes sera publié en finnois en août 2011

 

Anni Sumari on helsinkiläinen kirjailija ja kääntäjä (s. 1965 Helsingissä). Hän suoritti yliopistotutkinnon (fil. maist., Helsingin yliopisto 1991) yleisessä kirjallisuustieteessä ja tiedotusopissa ja työskenteli noin 7 vuotta tiedottajana ennen ryhtymistään vapaaksi kirjailijaksi ja kääntäjäksi v. 1998.
Hän on toimittanut suomalaisen runon kaksikielisen antologian How to Address the Fog - XXV Finnish Poems 1978-2002 (Scottish Poetry Library/ Carcanet, Iso-Britannia 2005), nuoremman pohjoismaisen runouden englanninkielisen antologian yhteistyössä runoilija Nicolaj Stochholmin (Tanska) kanssa (”The Other Side of Landscape”, Slope Editions, USA 2006), sekä suomalaisen nykyrunon valikoiman Balkanin maissa ilmestyvälle Sarajevo Notebook -aikakauskirjalle (nro 8-9/2005).
Anni Sumari on kirjoittanut 11 kirjaa, sekä runoa että lyyristä proosaa. Läpimurtoteoksena voinee pitää runokirjaa Mitta ja määrä, joka palkittiin Yleisradion Tanssiva karhu -palkinnolla vuoden parhaasta runoteoksesta v. 1998, ja joka on sittemmin käännetty ruotsiksi (Mått och mängd, Ellerströms, Ruotsi 2000). Sumarin tekstejä on käännetty ja julkaistu antologioissa ja kirjallisissa lehdissä noin 20 kielellä. Hänen valitut runonsa ilmestyivät slovakiksi vuonna 2007.
Sumari nauttii Suomen valtion taiteilija-apurahaa ajanjaksolla 2007-2011. Hänen valitut runonsa ilmestyvät suomeksi elokuussa 2011

Poème traduit en français par Athanase Vantchev de Thracy

 

Ordures, paille, glace de printemps.
Les champs grincent sur leurs charnières
Et le sillon s'ouvre comme une écoutille, pour un instant
Je peux voir directement les profondeurs de l'enfer. Il n'y a rien

Là-bas.
Exactement comme je l'avais pensé. Rien que des corps,
Propres et lisses comme de la porcelaine, leur peau toute tatouée 
De ces petites fleurs bleues que l'on nous demande
D'exécuter pendant les cours de dessin. Le mensonge proféré aux autres

A toujours raison, mais le mensonge que je me fais  à moi-même
Me rend honteuse.
Mais pas du tout. Dans le village voisin
Les toits ont la chair de poule à cause de la pluie et des fleurs géantes y
Prolifèrent. Les cheminées, dans leur espace étroit, font circuler l'air 
De haut en bas, de bas en haut. Les gens restent assis coincés dans leurs manteaux humides,
Sans bouger, comme si le chemin où ils se trouve est 
Moins humide que les bancs et les chaises des parcs.

 

Si maintenant
Vous ouvrez  l'écoutille, si vous vous couchez sur la terre
Et laissez les champs se refermer en claquant sur vous,
Vous ne pourrez plus jamais en ressortir. Ordures. Des restes
Du dernier automne. Des contes pour enfants.

 

Trois Destins faits pour rigoler, des Destins écaillés verts,
Des bardeaux bombés sur le toit de la vieille église,
Rire, jeu. Il n'est plus  question de pitié

Pendant un bon moment.
En face, sur le dôme en forme de bulbe,
Trois archers d'or s'épanouissent silencieusement,
Sans humour, comme s'ils partagent le sort du métal. Prêts
A se mettre debout avec des flèches à leur arc pour le reste de leurs vies.

 

Un massacre ? Une fois de plus, à nouveau, un autre encore plus tard,
Comment se fait-il que cela ne me soit jamais arrivé ?

 

Mais je m'y attends, cela peut arriver, entre autres, à plusieurs personnes :
Des gens profondément coupables, malheureux,
Des suicidés ou des tueurs en série potentiels. Tout cela semble rationnel
Et identique à un certain paradigme, tout cela suit
L'idéal du Contrôle céleste. Ne nous a-t-on pas dit :

Subissez les conséquences de vos actes, acceptez
La malédiction lancée sur vous.
Pas de massacre. On se soumettra à la loi de la jungle
Uniquement à cause des illusions, des gloses étranges
Et des visions de chercheurs de transcendance.
Des Messes de rossignols, des rossignols à l'âme distante,
Des rossignols qui par centaines s'épanchent en chants et en chiffres d'or et de vert.
Les dimensions sont telles que celles
Imaginées par l'un ne veulent rien dire
Comparées aux celles imaginées par l'autre.

Rien.
A ce degré de douleur où on ne peut plus prier
On peut toujours compter, non en avant, mais à rebours,
10, 9, 8, 7 ... 0 et répéter cela encore et encore, 10, 9, 8, 7 et ainsi de suite.

 

Le pied du grand arc-en-ciel se trouvent dans un vaste
Champ. "Là sont venus deux anges bleus, minces
Comme les dos des livres " - cela aussi est la vision de quelqu'un. Le bruit
Des pas dans la tendre récolte. Le poisson mort du torse.
Au sommet de la tête la fin du monde. Vous, dieux,
Vous qui vous savez cela, vous pouvez nous dire que tout ce que nous avons laissé derrière nous
N'est que rumeur et pâle image du passé.

 

Je me couche sur la terre et laisse
Les champs se refermer en claquant sur moi. J'entends
Le faible cri d'un oiseau, mais il est
Dehors. Dehors comme toujours,
Maintenant, il rentre. Je n'ai jamais été
Bonne observatrice, mais j'ai  une excellente ouïe,
Oh oui, même en ce moment quand je me dis la vérité
Sur ce qui est. Ces petites sœurs toutes calmes
Qui ont Dieu injecté comme un poison
Dans leurs paupières. Les perles du collier s’éparpillent
En faisant un léger craquement, comme celui des os qui se brisent.
Dans les serres, les palais de rêves
Inclinent silencieusement leur tête
Sur l'eau... Dans le lit,  un autre cafard est

Ecrasé.
Les gens, anxieux, déchirent des liasses de
Billets d'entrée, essayant de trouver une sortie
A la situation présente... Le résultat produit par
L'indécence du temps, des saisons, de l'individu piétiné
Par les mauvais sentiments est charmant - une véritable fresque moderne -
Je me demande qui l'a peinte cette fresque ? Mort peinte sans l’action des mains.
Je suis couché pleine d’indignation sous la terre, j'écoute
Le vrombissement printanier des camions-bennes.

 

Roskaa, olkia, kevätjäätä.
Pellot narisevat saranoillaan
ja kääntyvät kuin lastiluukku, hetken
näen suoraan helvettiin. Siellä ei ole yhtään

mitään. Aivan kuten arvelinkin. Paitsi ruumiita,
sileitä ja puhtaita kuin posliini, pinta tatuoitu täyteen
sellaisia pieniä sinisiä kukkia, joita posliininmaalaus
kursseilla kannustetaan maalaamaan. Muille kerrottuihin

valeihin on aina syynsä, mutta itselle kerrotut valeet
kyllä hävettävät.
Ei mitään. Lähikylässä katot nousevat
kananlihalle sateen kosketuksesta ja jättiläiskukat
moninkertaistuvat.
Savupiiput vaeltavat edestakaisin
ahtaalla tontillaan. Ihmiset istuvat märissä takeissaan
liikkumatta, kuin kastuisivat siten vähemmän
kuin puistonpenkit tai tuolit.

Jos nyt
nostat kannen, käyt pitkäksesi multaan
ja annat pellon pamahtaa kiinni päällesi,
et enää ikinä pääse takaisin. Roskaa. Viime
syksyn jäänteitä. Lapsille kerrottuja satuja.
Kolme vitsailevaa kohtalotarta, vihreäsuomuista,
pullistuu ulos vanhan tuomiokirkon kattopaanuista
nauraen, leikkien. Armo ei ole enää aikoihin

tullut kysymykseenkään. Vastapäisestä sipulikupolista
puhkeaa ääneti esiin kolme kultaista jousimiestä,
huumorintajutonta, kuin valettuina. Valmiina
seisomaan nuoli jänteellä loppuikänsä.

Verilöyly? Taas kerran, jälkikädenkin
jälkeen, miksei se ole vielä sattunut kohdalleni?
mutta arvaan, että se kohtaa muun lisäksi myös
monta syvästi syyllistä, onnetonta, latenttia
itse- tai joukkomurhaajaa. Tämä kaikki on
järjellistä ja identtistä tietylle ihanteelle, sopii
Taivaan hallinnan ideaaliin. Meille on sanottu:

kestä virheidesi seuraukset, ota vastaan
sinulle kohdistettu kirous.
Ei verilöylyä. Viidakkoon
tulee laki vain harhoista, oudoista tulkinnoista
ja transsendenssin tavoittelijoiden näyistä.
Kasapäin satakieliä, kaukaisissa sieluissa
livertää satapäin satakieliä, kultaisin, vihrein
salakielin. Mittasuhteet ovat sellaiset että
yhden kuvittelemat mittasuhteet ovat järjettömät
verrattuina toisen kuvittelemiin mittasuhteisiin.

Ei mitään. Siinä kiputilassa, jossa ei pysty enää
rukoilemaan, pystyy vielä laskemaan, tosin ei
eteenpäin mutta taaksepäin, 10, 9, 8, 7,.. ja
uudelleen alusta, 10, 9, 8, 7 ja niin edelleen.

Suuren sateenkaaren loppupää on suurella
pellolla. ”Tuli kaksi sinistä enkeliä, kapeita
kuin kirjanselät” – jonkun näky sekin. Jalkojen
ulvonta, oraalla. Keskivartalon kuollut kala.
Päälaella maailmanloppu. Te jumalat, sen

muistatte, ja voitte kertoa, meille on säilynyt
vain huhu, menneen vaimea kuva


Käyn pitkäkseni multaan ja annan
pellon pamahtaa kiinni päälläni. Kuulen
jonkin linnun huutavan vaikeasti, mutta se on
ulkopuolella. Ulkopuolella niin kuin aina,
nyt se tulee sisään. Minulla ei koskaan ole
oikein ollut tilannesilmää, mutta korvaa on,
kyllä, nytkin kun kerron itselleni valehtelematta
mitä mikäkin oli. Nuo pienet hiljaiset sisaret
joilla on Jumala, kuin silmäluomiin siveltyä
myrkkyä. Nauhan helmet rapautuvat kaikkialla
hiljaa ritisten, katkeilevat värttinäluut. Unelmien

kasvihuonemaisissa palatseissa veden päällä
hiljaa torkkuen... Vuoteessa litistyy jälleen

torakka. Ihmiset repivät hädissään paksuja
pääsylipputukkujaan löytääkseen ulospääsyn
vallitsevasta tilanteesta... Ajan säädyttömyyden,
säiden, yksilön pahan mielen murskaama
lopputulos on viehättävä – kuin moderni fresko …
kuka senkin on tehnyt? Käsittätehty kuolema,.
Makaan kannen alla tuohtuneena, kuulen
maansiirtokoneiden keväisen jyskeen.

02/04/2011

Poètes d'Europe : Ljubomir Mihajlovski (Macédoine)

Ljubomir Mihajlovski 120.jpg1. POÈME NON ÉCRIT

Poème non écrit
Sur l’Univers infini,
Sur les trésors dilapidés de la poésie,
Dans les esprits des fils de la terre
J’ai laissé un poème qui n’a jamais changé..

Poème non écrit,
Je laisse
Ceux
Qui changent
Les coordonnées de la solitude
D’établir
Les angles des étoiles
Comme fondement de ce poème
Sur la poésie non écrite.


 

 

Ненапишана песна

 

 

Ненапишана песна

за вселенскиот бескрај,

за песната расеана

во умовите на земните синови

песна неизменлива и оставам.

Песна ненанпишана

им оставам

на тие

кои што ги менуваат

координатите на самотијата,

за да ги постават

аглите на звездите

како темели на песната

на песната ненапишана.

 

 

2. JEU

Au jeu de la guerre,
La mort sur les lèvres souriantes
Des Israéliens et des enfants de Palestine
A écrit l'histoire
De la stupidité humaine
Qui ignore tout de l’écriture.

Au jeu de la guerre,
La mort dans les yeux souriants
Des Israéliens et des enfants de Palestine
A écrit l'histoire
De la stupidité humaine
Qui ignore tout de la force d'une étincelle d'amour.

Au jeu de la guerre,
La mort dans les cœurs souriants
Des Israéliens et des enfants de Palestine
A écrit l'histoire
De la stupidité humaine
Qui ignore tout de l’art de faire régner l’amitié.


 

Игра


 

Во играта од војната

смртно насмеаните усни на Еврејските и Палестинските деца

ја пишуваа историјата

на човечката глупост

незнаејќи ниедна буква.

 

Во играта од војната

смртно насмеаните очи на Еврејските и Палестинските деца

ја пишуваа историјата

на човечката глупост

незнаејќи за искричењето на љубовта.

 

Во играта од војната

смртно насмеаните срца на Еврејските и Палестинските деца

ја пишуваа историјата

на човечката глупост

незнаејќи за ширењето на пријателството.

 

 

3. ASSASSINAT

A la mémoire de James Osco Anamaria

Le sang béni des poètes
Sur le rocher de l’Harmonie,
C’est le même tableau des temps antiques à ces jours.
Poèmes qui s’inscrivent dans l’aura du matin
Et agitent l’âme du poète
Qui se fait interprète du monde.

Poèmes
Qui purifient l’esprit prisonnier
Du peuple,
Tandis que
La lune aux yeux brillants,
Se drapant d’un linceul soyeux,
Franchit les chutes d'eau et,
Secrètement,
Tombe dans les yeux des poètes morts.

Les idéaux des poètes
Au rire emprunt de sagesse
Flottent dans les nuages d'argent filigrané
Au-dessus de la stupidité humaine.
Plénitude de paix,
Le message du poète mort
Affiche les principes des hommes de courage.

Au moment
Où les reflets des étoiles
Touchent le cœur humain,
Les pensées des poètes s’envolent
Vers le royaume de la Poésie
Comme une voix d'ange.


 

Убивање


на Џејмс Оско Анамарија

 

Блажената поетова крв

врз хармонични камења,

слика од антички времиња до денес.

Песните врамени во утринската аура

ја вткајуваат душата на поетот

во доживеаното искуство.


 

Песните

ги прочистуваат заробените умови

на обичните луѓе,

додека

темнооката месечина

обвиена во сребрена наметка

низ искрчените водопади

се спушта врз мртвите поетови очи.


 

Идеалите на поетот

со црвена насмевка

пловат во облаци од испредено сребро

над човековата глупост.

Исполнета со мир

пораката на мртвиот поет

го покажува важниот човеков принцип,

 

во моментот
кога ѕвездената рефлексија
го допира човековото срце,
поетовите мисли полетуваат
во домот на поезијата

како ангелов глас.

26/03/2011

Poètes d'Europe - Xuanxo Barrdibia Garçelya (Espagne)

Xuanxo Bardibia Garçelya 120.jpg- Né à Algeciras/Aexirâ, province de Cádiz/Qai (Andalousie) le 4-09-68
- Poète andalou, écrivain, conférencier sur la langue andalouse, chroniqueur et journaliste de recherche historique, de révision linguistique et d'analyse politique. Organisateur d'évènements culturels.
- Parle couramment l'espagnol, l’andalou, l’asturien, l'anglais, l'italien et le portugais, et a des notions de français, catalan et arabe.
- A étudié le Marketing et la Publicité à Tunbridge Wells, Comté du Kent, Royaume-Uni (1989-91)
- 4 ans (2003-2007) Vice-président de NAROKA (Meza pa la normalizazión de l'andalú / Mesa para la normalización del andaluz)
- Actuellement, membre du Conseil de ZEA (Sociedad para el Estudio del 'Andalú ') depuis trois ans.
- Consul Général de Poetas del Mundo en Andalousie durant 4 ans, puis Secrétaire National de Poetas del Mundo en Espagne depuis un an. Dans le cadre de ce mouvement littéraire, a organisé et participé à plusieurs rencontres poétiques.
- Créateur du premier concours poétique en andalou (concours bisannuel).
- A édité et co-édité divers magazines et blogs poétiques : Oruke, Faya Faguana, Arxibe, Buardiya de Xerión, etc

- Nacido en Algeciras/Aexirâ, provincia de Cádiz/Qai en Andalucía el 4-09-68
- Poeta andaluz, escritor, conferenciante sobre lengua andaluza, columnista y articulista de investigación histórica, revisión lingüística y análisis político, y organizador de eventos culturales.
- habla castellano, andaluz, asturian, ingles, italiano y portugues, todo en un modo fluido, y francés, catalán y árabe en uno familiar.
- He estudiado el Márketing y la Publicidad en Tunbridge Wells, Condado de Kent, en el Reino Unido (1989-91)
- Durante 4 años (2003-2007) Vice-presidente de NAROKA (Meza pa la normalizazión de l'andalú / Mesa para la normalización del andaluz)
- Actualmente, es miembro del consejo de ZEA (Sociedad para el Estudio del 'Andalú') desde hace tres años.
- General Cónsul de 4 años de Poetas del Mundo en Andalucía, por ahora es el Secretario Nacional de Poetas del Mundo en España desde un año. En este movimiento literario ha organizado y participo en varias reuniones poéticas.
- Creador de la primera competición poética en andaluz, cada dos años.
- Ha corregido y co-corregido diferentes revistas poéticas y blogs poéticos : Oruke, Faya Faguana, Arxibe, La Buardiya de Xerión, etc.

3 poèmes traduits en français par Athanase Vantchev de Thracy


MISMA SANGRE DE OTROS TIEMPOS

Fosas comunes de cuerpos
abono para nuestra tierra
alimentan nuestros recuerdos
antes compós de izquierda
ahora flores del Estrecho
reposan en nuestras costas
antes en nuestros huertos
misma sangre de otros tiempos
mismo dolor y sufrimiento
que se desvaneze en el viento
luchan contra el olvido
luchan contra el destierro
sopla fuerte poniente
y advierte a los hambrientos

MÊME SANG, AUTRES TEMPS

Fosses communes, amas de corps,
Engrais pour notre terre
Nourrissent nos souvenirs,
Jadis, compost dans l’arrière-cour gauche,
Maintenant, fleurs du Détroit,
Elles s’épanouissent sur nos côtes
Comme avant dans nos vergers.
Même sang, autres temps,
Même douleur, même souffrance
Qui s’évanouissent dans le vent,
Qui luttent contre l'oubli,
Luttent contre l'exil,
Un vent fort souffle du Ponant,
Et alerte les affamés.

 

ARBONAIDA
[La bandera andaluza]

Hoy te escribo como te hablo
para que mañana te hablen como te escribo,
hoy te miro como te siento
para que mañana me sientas cuando duerma,
y te beso con mis poemas
para que me vistas de verde cuando muera,
hoy te quiero verde y blanca
como la libertad te espera

ARBONAIDA
(Le drapeau andalou)

Aujourd'hui, je t'écris comme je te parle
Pour que demain les gens te parlent comme je t'écris,
Aujourd'hui je te regarde comme je te sens
Pour que demain, en dormant, tu ressentes ma présence,
Je t'embrasse avec mes poèmes
Pour que tu puisses me voir vert quand je mourrai,
Aujourd'hui je t'aime verte et blanche,
Telle que la liberté espère te voir.

 

¿DONDE VAN?

¿Dónde van las palabras que se lleva el viento
y levitan mis pensamientos cuando no pienso,
dónde van a dormir las sombras por la noche
y a encontrarse los sueños de los despiertos,
dónde van los besos que se pierden en el tiempo
y el amor cuando se separan los amantes?,
a los lagos donde bailan los angeles
donde no hay camino sin caminante

OÙ VONT-ILS ?

Où vont-ils les mots que le vent emporte,
Où s’envolent mes pensées quand je ne pense plus ?
Là, où vont dormir les ombres durant la nuit,
Là, où se rencontrent les songes des éveillés.
Où vont-ils les baisers qui se perdent dans le temps
Et l'amour, quand les amants se séparent ?
Dans les lacs où dansent les anges,
Là, où il n’y a pas de chemin sans voyageurs.

 

19/03/2011

Poètes d'Europe - Sabahudin Hadzialic (Bosnie et Herzegovine)

Sahabudin.jpgSabahudin Hadzialic est poète, écrivain et journaliste indépendant

Il est membre de l'Association des écrivains de Bosnie et Herzégovine et de l’Association des journalistes de Bosnie et Herzégovine
Vous trouverez une biographie et une bibliographie complète sur son site :
http://sabihadzi.weebly.com

Sabahudin Hadzialic is a poet, a writer and a freelance journalist

He is a member of the Association of writers of BiH, and Journalist association of BiH
More details about his biography and bibliography at :
http://sabihadzi.weebly.com

Lire la suite

12/03/2011

Poètes d'Europe - Daniel Martini (Danemark)

Daniel Martini 120.jpgDaniel Martini est né en 1984. Il a grandi à Copenhague. Martini  a étudié la philosophie à University College London. Il écrit de la poésie et des nouvelles en anglais et en danois. Ses poèmes ont été traduits en français par Athanase Vantchev de Thracy.
Actuellement, Daniel Martini travaille sur son premier recueil de nouvelles et sur une anthologie.
Il vit à Londres.
Son site web est http://www.danielmartini.com

Daniel Martini [b. 1984], raised in Copenhagen, studied philosophy at University College London, and is a writer of English and Danish poetry and short stories. His work has also been translated to French by Athanase Vantchev de Thracy.
Daniel is currently completing his first collections of short stories and poetry.
He resides in London.
Web site: http://www.danielmartini.com

Lire la suite