Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/06/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, III-11

Belonsis haussa les sourcils de surprise, puis ordonna au messager de le prier d’entrer dans la tente royale. Il avait bien fait de taire ses projets. Sans convoquer aucun conseil, parlant d’homme à homme à son haut roi, il déciderait de leur réconciliation, et mettrait chacun devant le fait accompli. Il serait bon, pour son honneur, de laisser Kleworegs parler en premier... de toute façon, le protocole l’exigeait. Tout était pour le mieux. Kleworegs venait lui faire des avances. Il pourrait jurer aux siens que c’était Kleworegs qui était venu proposer la paix, non lui qui était allé la solliciter. Son autorité s’imposerait sans le moindre effort. Il s’habilla du mieux qu’il pouvait et rejoignit la pièce au sol jonché de peaux de loups où le haut roi l’attendait. Il lui sourit, tout en s’inclinant, puis attendit ses paroles... une formule de politesse ampoulée, sans doute, à qui il répondrait de la même façon obscure et pompeuse. Il se tint fin prêt.
– Belonsis reg, pour que toute querelle s’éteigne entre nous, je viens te donner ma fille aînée pour épouse. L’acceptes-tu ?  

– Oui !
Belonsis regarda Kleworegs. Le haut roi était tout aussi surpris de sa réponse immédiate qu’il l’avait été de sa question inattendue. Le oui flottait entre eux comme les bulles s’exhalant des mares stagnantes, aussi fragile qu’elles. Chacun attendait, au cœur la crainte que toute parole, tout geste, le moindre clignement d’œil, rompît le charme. Ils avançaient les lèvres, comme pour parler, puis les rétractaient et les pinçaient jusqu’à ce que leurs bouches serrées les fassent ressembler à des petites vieilles édentées... Comme s'ils en avaient la même timidité, le même désir de ne pas paraître, de se glisser dans le plus petit trou de souris, de se fondre en néant.

23/06/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, III-10

« Je suis trop influençable ! » Méritait-il d’être roi s’il ne considérait un projet comme réalisable que lorsqu’un autre le soutenait et parlait le dernier en sa faveur ? Il ne pourrait mener à bien son projet qu'avec le soutien des siens. Etre ainsi prisonnier de ses hommes ou, pire, de celui de ses conseillers qui parlerait le plus fort ! Il en voyait tous les inconvénients. Cette faiblesse l’exposait à la surenchère. Il suivrait le plus véhément, le plus ardent, le moins sage. Peut-être même, de peur anticipée, se livrerait-il à des gestes fous, ou élèverait-il des prétentions démesurées, pour prouver aux siens qu’il méritait d’être leur roi. Il paierait sa volonté de réconciliation en montrant envers Kleworegs, au moindre signe d’insuccès, une haine qu’il ne ressentait pas. Chaque geste aimable du haut roi se heurterait à une attitude hautaine. Il accepterait son amitié, mais en la faisant payer au plus haut. Peut-être, alors, voyant Kleworegs humilié par lui comme un vieillard malpropre par une servante rusée, ses hommes l’admireraient et, satisfaits d’avoir été les plus forts, ne haïraient plus leur haut roi... Comme si le mépris valait mieux que la haine. Faire l’union de tous était une belle résolution... La tiendrait-il, et à quel prix ?
Il s’endormit. Il rêverait que les dieux lui donnaient ce caractère qui lui manquait. Il pria que le rêve se réalise. S’ils avertissent les hommes et leur dictent le bon chemin, pourquoi n’auraient-ils pas la vertu de modeler qui les reçoit ? Il n’y aurait rien d’étonnant à ce nouveau pouvoir.

Hormis les sentinelles s’enivrant aux parfums de la nuit, le sommeil vint coucher tous ceux du Printemps Sacré. Influencés par les douces fragrances, les rêves furent emplis de visions idylliques, avant-goût du monde que ceux qui ont bien vécu sont admis à fouler dans l’au-delà. Au matin, chacun se réveilla, le cœur léger. Les ennemis de Kleworegs eux-mêmes semblaient apaisés, assagis. Ils en arrivaient presque à sourire aux hommes des autres clans. Plusieurs de ses guerriers vinrent lui rapporter le fait. Il ne douta plus, dès lors, que son projet serait bien reçu par le successeur de Thonronsis. Il prit sa plus belle fourrure, ses torques de cou et de poignets les plus lourds. Il se dirigea vers son camp, saluant ses hommes abasourdis par sa venue. Il se fit annoncer au jeune roi.
– Kleworegs veut me voir ? »

21/06/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, III-09

... Il y avait ses guerriers. Ils avaient, eux, épousé la querelle de leur ancien roi. Ils la poursuivraient au-delà de sa mort. Ils ne lui étaient en outre guère favorables. Ils le disaient veule, porté au compromis, toujours d’accord avec celui qui avait parlé en dernier. Ils en attendaient, pour lui témoigner autre chose qu’une déférence polie et révocable, qu’il surenchérisse sur leur méfiance et leur haine. Il était lucide. Cette démarche, au-delà de l’opinion sur Kleworegs, était suicidaire pour tous les participants au Printemps Sacré. Plus lucide encore... Il doutait de sa capacité à le représenter aux siens, encore plus à le faire accepter. Elle était, pourtant, nécessaire. Il ne pouvait être question de montrer une ouverte et continuelle réserve envers lui, et de se couper du reste des clans installés sur les nouvelles terres. Il ne leur présenterait pas la situation de ce point de vue. Il leur dirait ce qu’ils attendaient, qui répugnait à son esprit ennemi de la cautèle : Autant profiter des bonnes dispositions des dieux le temps qu’elles dureraient. Ils sont d’humeur changeante. Leur bienveillance pouvait se transformer en indifférence, voire en hostilité. Qu’alors nul ne puisse lui reprocher, non plus qu’à eux, de lui avoir marchandé sa confiance, du moins tant qu’il les avait eus avec lui. Non, il convenait de se réconcilier avec lui, sans être dupe. Des «Pourvu que ça dure ! » lancés à bon escient par des hommes zélés auraient mille fois plus d’effet qu’un sabotage larvé. Les catastrophes qui ne manqueraient pas de s’abattre ne pourraient leur être reprochées. Il ne raterait pas l’occasion, alors, de revendiquer les anciens succès et de réclamer le pouvoir pour lui, descendant de la plus vaillante tribu de tout Aryana.
Aurait-il la force d’expliquer ce projet, destiné à les calmer et à obtenir leur approbation, à ses conseillers les plus proches, tout en se tenant à la ligne de loyauté qu’il avait résolu de suivre ? Il en ferait se récrier une bonne partie. Ils étaient plus habitués à l’action qu’aux longues et tortueuses intrigues. La patience n’était pas leur fort. Il lui faudrait des trésors d’argutie pour le leur faire accepter. Pourvu que quelques-uns, au moins, soient convaincus par ses arguments et parlent en dernier. Il aurait alors la force de l'imposer... La coexistence forcée et la fausse amitié, ensuite, deviendraient peut-être avec le temps une estime véritable, une alliance forte, une fidélité sans nuages. Mais comment y parvenir si, pour garder l’estime de ses hommes, il devait cultiver leur morgue envers les autres et leur hostilité envers celui que, seul de son clan, il ne haïssait pas ?

14/06/2009

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, III-08

Il devait vivre pour réaliser ces ambitions. Vivre, s’assurer des alliés, des appuis, intriguer, sacrifier les hommes comme des pions, trahir ceux qui lui feraient confiance, soutenir des hommes prêts à le trahir pour les lâcher avant qu’ils ne le lâchent. Il avait déjà eu un aperçu de cette vie, l’avait trouvée amère. Pourtant, il goûterait à nouveau à sa coupe... Il goûterait, que disait-il, il l'engloutirait tout entière, en redemanderait dès qu’il la sentirait près de se tarir. N’en avait-il pas prié les dieux, peut-être pour rejeter sur eux les malheurs privés nés de sa requête.
Il ne pouvait plus reculer. Ce que la cohésion de la tribu du Printemps Sacré lui avait semblé exiger devenait encore plus indispensable. Il ne serait pas roi des rois sans alliances profitables, et gratifiantes, avec des chefs de tribus ou de clans prestigieux. Il l’avait retourné cent et mille fois dans sa tête. Il n'y avait pas d’alternative à sa présente décision. Il avait beau être le maître de sa famille, avec tous les droits sur ceux qui vivaient sous son toit, il n'avait jamais joué un despote, donnant des ordres absurdes ou injustes pour le seul plaisir d'étaler sa puissance. Il adopterait pourtant cette conduite dès le point du jour. Ce serait sa première épreuve... qu’il aurait eu tant de plaisir à refuser, mais accepterait, quoi qu’il lui en coûte. Il était trop tard. Pour prix de son ambition, il s’était voué aux dieux. L’abandon des joies de l’homme du commun en était le prix.

« Quelle querelle, au fond, ai-je avec Kleworegs ? Quel mal m’a-t-il fait, quelle force me pousse à lui battre froid, à lui témoigner de la haine ? »
Depuis qu’il était rentré sous son chariot pour dormir, sans se préoccuper de jouir de la douceur de la nuit, Belonsis ne cessait de se poser la question. Il revivait les derniers temps. Il n'avait aucune raison de se plaindre du haut roi, mille de se réjouir de la mort de Thonronsis, son prédécesseur et l’ennemi juré de Kleworegs. Qui, chaque fois qu’ils se croisaient, l’avait salué avec amabilité, si ce n’est lui ? Qui n’avait jamais répugné à lui demander son avis ? Qui lui avait toujours, malgré son jeune âge, témoigné son respect ? Rien à voir avec la morgue de Thonronsis, son arrogance, son mépris. Ce n’est pas Kleworegs qui l’aurait traité de petit imbécile, chaque fois qu’il prétendait exposer son opinion, pas Kleworegs qui lui aurait ordonné de se taire ou, au mieux, après avoir sollicité ses conseils, marqué qu’il était décidé à n’en tenir aucun compte. Non, il n’aimait guère son cousin. Kleworegs avait au moins cette rare vertu de l’en avoir débarrassé, et de lui avoir permis de devenir roi des chasseurs de loups. Tout bien pesé, il l'aurait plutôt, s’il l’avait pu, et s’il avait été libre, remercié. C’est là que le bât blessait.

07/06/2009

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, III-07

Une quinte de toux le reprit. Il réfléchit. Selon son oncle et son père, son aïeul avait commencé à souffrir de ce catarrhe persistant l’année même de sa naissance, celle du grand massacre de loups... et il était mort quatre, ou cinq, ans plus tard, l’année de... du ?.. Celle de la mort de Ekwomregs et de l’arrivée à la tête du clan de Nemoklewos, son oncle. Il n’en était pas plus savant. Il chercha plus avant... L’année de la petite maladie des vaches, où toutes avaient eu les pis couverts de pustules, venues ensuite tourmenter les hommes, son père lui avait dit que cela faisait dix ans que son aïeul était tombé malade, cinq qu’il était mort. Il avait eu peur cette année-là, mais la maladie des vaches, si elle donnait vilain aspect, n’était ni douloureuse, ni mortelle. Elle avait pourtant marqué son esprit, bien plus encore que son corps. C’était l’année de ses dix ans.
Il fit un bref calcul, se rappela le moment des obsèques de son grand-père, et celui où le père de son prêtre, l’air pénétré, avait brisé le bâton où était inscrit le compte des années de celui qu’on enterrait. Il trembla. La toux persistante de son aïeul avait commencé à son âge. Si, comme la sienne, elle durait cinq ans, pour le conduire à la mort sous les coups du guerrier invisible. Il en refusait la perspective. Il apostropha les dieux. Qu’ils lui donnent une longue et glorieuse vie ! Les peines privées seraient pour rien, si sa gloire et sa lignée survivaient.
Il laissa tomber son menton contre sa poitrine. Sur ses épaules pesaient déjà ces malheurs acceptés, revendiqués... S’il avait mal compté ? Comment suivre le cours du temps quand chaque tribu, chaque clan, chaque famille, a son propre comput, auquel même le plus proche voisin est étranger. Il n’y aura qu’une seule façon de compter les années, kwom regs regom esmi... Quand je serai roi des rois. Il s'y voyait déjà. Chacun penserait selon le temps de Kleworegs et de ses successeurs. Maître du temps, il serait maître des hommes. Chaque fois qu’ils diraient le moment, ils diraient son nom. A côté de cette gloire, celle d’un chant serait mesquine, quasi insignifiante... Ce serait sa première décision, une fois roi des rois.