Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe L II, p 014

... Il hurla. Il était sûr de n'avoir rien dit, et s’était pourtant entendu. La sorcellerie de son village recommençait. Mais au lieu de la bouche d'un enfant, les démons se servaient de la sienne. Il gémissait, se roulait par terre. Une sorte de folie l'avait saisi, aussi violente que la surprise des oracles. Il se calma enfin. Le jeune prêtre les rassura :
« Non, ce ne sont ni les dieux, ni les démons qui ont parlé par la bouche de cet homme... C'est moi, comme son usurpateur a parlé par la bouche du jeune bhlaghmen. »
... Et il leur démontra son talent. Il pouvait parler bouche fermée, et faire croire, s'il y avait quelqu'un à son côté et s'il attirait l'attention sur lui, que ses paroles en venaient. Il n'avait pas été difficile au rusé usurpateur, tenant le bébé dans ses bras, d'abuser la foule des siens de la même façon. Il se faisait fort de rendre la laine de son agneau à celui qui avait monté ce coup...
... Le plaignant tomba à ses genoux, lui renouvela son serment de lui donner la moitié de ses biens, et nous demanda vengeance. Le lendemain, une petite troupe partit, à sa tête le roi déchu et l'oracle qui faisait parler hommes, bêtes et choses. Bien vite (Aryana était en ces temps moins étendu), ils arrivèrent chez lui...
... Quand elle arriva, le faux roi était vautré dans ses débauches fangeuses. Tout autre eût été saisi d'effroi, mais son usurpation l'avait rendu si éhonté qu'il ne doutait pas de triompher des vengeurs de la loi. Son fol orgueil lui faisait croire qu'il était le seul à posséder son don, reçu des puissances mauvaises. Il n'imaginait pas que quelqu'un d'autre en ait pu être favorisé par les dieux...
... Il vint au devant de son roi, le seul légitime. Celui-ci était disposé, tant il avait peur de la sorcellerie, à le laisser partir très loin s'il renonçait à sa position. Il ne l'entendit pas de cette oreille. Les dieux lui avaient confié le trône, pas question qu'il y renonce. Il allait d'ailleurs leur demander de juger. Nul doute qu'irrités par l'insistance de celui qu'ils avaient récusé, ils exigeraient sa mort...
... Le vrai roi et l'oracle échangèrent un clin d'œil. Plus d'exil pour l'usurpateur. Les dieux voudraient sa mort. Tant pis pour lui. Prêtre contre sorcier, le sorcier serait vaincu. L'oracle dit à celui pour qui il luttait de n'éprouver aucune crainte. Le corps du sacrilège se balancerait bientôt sous l'arbre aux pendus...

06/05/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-13

– Maître, ne nous as-tu pas parlé des gens qui parlent par la bouche des autres, comme le paysan maudit qui voulait être roi ?
Le grand Oracle releva la tête d'un coup. Reggnotis, sur ces seuls mots, venait de briser les barreaux emprisonnant sa mémoire. Ses souvenirs affluaient, en un flot bouillonnant. Il hurla.
– Écoutez-moi, j’ai compris l'imposture et l'infamie.
Le premier prêtre des dieux de la nature cria sa satisfaction. Les autres ne furent guère plus discrets. Le vieil oracle les foudroya du regard. Chacun se tut.
– Reggnotis m'a fait me rappeler un secret, auquel seul un très grand oracle a pu songer. Je vous le conte à mon tour. Nous verrons alors comment agir pour que les usurpateurs soient punis comme le faux roi...
... Voilà des générations, au cours d’une cérémonie d’accueil des jeunes première caste, l'un d'eux se trouva, par j’ignore quel hasard, dans les bras d'un paysan. Soudain, la voix de cet enfant s'éleva. Écoutez ses paroles :
« En vérité, il sera bon, pour que mille bénédictions tombent sur ce village, que celui qui me tient en ce moment en devienne roi ! »
... Vous devinez la surprise. Ce n'était que visages effarés, expressions de stupéfaction et de doute. Même le paysan désigné pour le trône avait l'air étonné. L'enfant répéta encore une, puis deux fois son vœu, ou plutôt ce qui semblait un ordre des dieux. Et nos ancêtres, dans leur piété, le suivirent, quoique absurde. Comme si cette absurdité n'était pas la preuve d’une origine bien basse ! ...
... Pendant plusieurs mois, le paysan régna sur son village. Tous les jours, selon ses caprices et son gré, les femmes venaient partager sa couche, et la bonne chère lui arrivait à foison, à ce point qu'il enfla comme une tique repue. Cette situation ne faisait pas l'affaire de tous. Celui qui, sans l'intervention d'en haut, aurait dû régner, ne digérait pas sa disgrâce. Si encore l'autre avait prouvé, par son attitude et ses actes, qu'il était digne de son haut rang. Non, il ne faisait que forniquer et bâfrer. Et le roi légitime, évincé, doutait que son éviction fût la volonté divine...
... N'y tenant plus, il sauta sur son cheval et porta ses griefs à Kerdarya. Il vint tempêter auprès des prêtres. Ils l'écoutèrent, mais ne surent que dire. Les dieux avaient parlé, que pouvaient-ils ? Ils l'envoyèrent chez nous. Seuls les oracles diraient s'il y avait imposture, et comment y remédier...
... Il passa nous voir. Il nous expliqua son malheur. Les meilleurs augures se penchèrent dessus. Ils le jugeaient insoluble. Un jeune oracle survint. Quelle serait sa récompense s'il restaurait l'infortuné ? Il lui promit la moitié de ses biens, tandis que le collège des voyants lui garantissait, pour lui et ses descendants, la fonction de chasseur de maléfices. Il demanda au plaignant de se taire, mais de garder la bouche ouverte, puis s'approcha de lui. Le roi déchu parla, bouche bée, d'un ton étrange, lui disant mille mercis...

05/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe II-012

Plus étrange, et plus admirable, il y eut dans les terres de l'est, fief du premier roi de ce temps, un prodige à défier l'imagination. Le fils nouveau-né d'un bhlaghmen, le jour de sa présentation, parla : Le mignon du roi des rois mènerait les guerriers du prochain Printemps Sacré à la conquête des nouveaux fiefs, et le porteur de lin qui le tenait dans ses bras serait premier prêtre des Jumeaux de la Nature. Le bruit en courut, bien vite, dans tout Aryana, au grand dam des porteurs de lin – Ils savaient les sentiments du roi des rois et de ses amis à leur encontre –, et en particulier du titulaire du sanctuaire des Jumeaux de la Fécondité (dieux subalternes, peut-être, mais assurant à leur premier prêtre bijoux, venaison, fruits et grains en abondance). Ils se réunirent. Ce nouvel oracle était aussi mensonger que les précédents... Ils n'osaient l'exprimer. Il sortait d'une bouche trop noble. Quel malheur pourtant si cet homme était l’élu du Signe ! Il leur était encore plus hostile que celui qui régnait, et une telle désignation lui garantissait de lui succéder.

Ils réfléchirent deux longs jours. Non, ce prodige n'était, ne devait pas être le Signe. Comment en prouver l’imposture ? Le grand Oracle restait silencieux et prostré. Il fouillait dans ses souvenirs à la recherche d’un cas semblable. Oui, un tel cas avait existé, une forgerie outrée, manifeste. Il le voyait, mais derrière ces maudites brumes de sénilité, obscurcissant sa mémoire, qu’il ne pouvait disperser. Le vent de ses efforts ne suffisait pas. Il changea de direction. Auquel de ses élèves en avait-il parlé ? Il fit appeler Reggnotis. Il avait pensé qu'un signe désignerait le prochain porteur des insignes conquérants d'Aryana. À lui de percer la tricherie.
Il vint et écouta. Il avait déjà eu, au travers des rumeurs, l'occasion de se faire une idée. Ce qu'il entendait lui donna une violente volonté de mettre fin à cette usurpation et à ce sacrilège. La désignation du conquérant de l'ouest était un peu son affaire. Il ne supportait pas qu'un ennemi des prêtres y prétende. Pouvait-on le laisser réfléchir en paix ? La situation lui disait quelque chose. Un vague souvenir, une lointaine réminiscence. Il se tourna, au bout d'un temps infini, vers le grand Oracle.

04/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe II-011

Il avait gagné ! Tout heureux, il dit ses rêves, ses sensations, ses visions, ses conclusions. Tous l’ovationnèrent. Son jugement le rendait digne de son élévation. Ils annonceraient ses prophéties par tout Aryana, et feraient rechercher le signe qui indiquerait le meneur du prochain Printemps Sacré, où l'on envahirait les terres du couchant... Elles répugnaient encore aux guerriers, mais leur fertilité vaincrait toutes les réticences. Avant saison chaude, chacun sut que de nouveaux espaces allaient s'ouvrir à la conquête, et qu'un signe désignerait le conquérant. Commencèrent des jours d'étrangeté et de confusion.

Les temps qui suivirent furent soudain féconds en signes et prodiges, détails grossis à l'excès ou dont on fit grand cas, jugeant surnaturels des faits qui n'auraient auparavant entraîné qu'un sourire ou un meurtre. Le climat et la nature, les êtres et les choses, rien qui ne fût mis à contribution pour y trouver quelque élément sortant de l'ordinaire. Pas de navet plus gros qu’il n’est de coutume, ou en forme d'homme, ou de glaive, qui ne parût un avis des dieux ; pas de canard à trois pattes, de veau à deux queues, de moutons à deux têtes ou de chien cornu qui n’apparaisse le signe attendu. Les enfants mal formés ou liés par le bassin, les nourrissons idiots ou sans membres, les hermaphrodites ou les bébés nés sans sexe ou sans orifice, de temps immémorial exposés à la griffe et la dent, furent choyés, entourés de soins, traités comme des enfants-dieux tombés sur terre. Il fallut que ces créatures, inviables, meurent, en dépit des soins, de la colère de la nature, ou survivent dans la douleur, pour que les prêtres puissent dire qu’elles n’étaient qu’injures à sa face. Alors, cette frénésie de recherche prit fin, et elles furent toutes rejetées au néant.
On s’intéressa ensuite à des prodiges plus nobles, au-delà de l'entendement et à ce point inouïs que le vulgaire ne pouvait qu’y voir l'intervention d'un dieu. On vit des bêtes parler, et chaque fois pour se déclarer en faveur de leur maître ou du roi de leur village. Elles n'eurent vite, après un bref succès de curiosité, plus aucun crédit. Outre qu’ils manquaient d'objectivité, quelle folie de suivre ces avis. Ils émanaient de porte-parole trop indignes ! Il valait mieux trancher la tête de ces voleurs d'un des plus nobles attributs de l'homme. Cette menace suffit. Plus une ne dit mot. La preuve était là. Ces paroles n'étaient pas une voix divine, que de pauvres rêves de paysans crédules... à moins que des facétieux, désormais cois à l'idée de partager le sort des bêtes menacées n'aient, cachés dans les enclos, contrefait leur voix pour se gausser des pâtres et leur faire croire que, comme aux temps anciens, elles parlaient.

03/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe II-010

Comme chaque année, ils iraient partout répétant ces paroles, et les autres castes, en particulier les guerriers, les artisans maudits et certains riches éleveurs écouteraient leurs objurgations d'un air entendu, leur faisant comprendre que s'ils étaient tout à fait d'accord pour fournir le minimum requis pour les sacrifices, c'était, pour le reste, « Chante, bel oiseau, tu n'auras rien de plus ! » Il faudrait une catastrophe ou un besoin pressant de l'aide des dieux pour ne pas faire appel en vain à leur générosité. Mais tout allait bien en ces temps, et l'intervention des prêtres n'était pas souvent nécessaire. Pourtant, un jour viendrait...
Il avait cependant beaucoup appris du discours inaugural, avec ses routinières récriminations sur l'impiété et ses regrets qu'elle fût sans remède. Le ton en avait été encore plus amer que lors des précédentes rencontres. Il y avait eu des allusions qui le faisaient frémir, et les autres avec lui. Ses mots serait un miel sans pareil, plus doux encore après l'absinthe de leur abaissement actuel. Il demanderait à parler parmi les premiers. Le cœur encore serré, ceux qui l'entendraient, tout auréolé de ses visions et de ses certitudes, en ressentiraient une immense joie. S’ils le proclamaient maître oracle du premier rang ? Il n'y avait au-dessus que le grand Oracle... si vieux.
Il obtint sans peine la parole. Après l’avalanche de mauvaises nouvelles, peu d'oracles itinérants avaient envie de s'exprimer. Les rares avant lui n'avaient qu'ajouté à la morosité ambiante. On les avait écoutés, tristesse au cœur, visage morne, oreilles flétries des malheurs annoncés. Il se leva. Il parla. Leurs voix étaient geignardes. La sienne résonnait comme un bel airain. Ses mots réveillèrent les âmes plongées dans le torpide sommeil de la désespérance.
– Au cours de mes voyages, les dieux m'ont favorisé de deux messages propres à nous réjouir. Jamais ils n'ont été aussi éloquents, jamais leurs paroles n'ont eu une telle force. L'évidence de leurs signes est si puissante qu'elle écrasera sans recours ceux qui oseraient douter, fussent-ils guerriers gheslom nerom ghwenes, tueurs de mille seigneurs. Voici ces signes de joie : Jamais l'ennemi ne démembrera notre peuple. Nous serons maîtres d'un immense empire du côté où se couche et dort le soleil.
– Il y a-t-il eu le délai suffisant entre les deux ?
– Oui, bien sûr ! (« À y bien réfléchir ? Oui, les dieux ne m'auraient pas laissé tromper mes pairs, à moins que je n'aie parlé que sur leur suggestion. ») Me crois-tu un oracle ignorant ?
– Loin de moi l’idée... Loué sois-tu pour ta vision, frère béni des dieux !
Les autres applaudirent. La voix cassée du grand Oracle, autrefois si clairvoyant, et qui désespérait de voir revenir ce temps, s'éleva.
– Reggnotis, maître oracle du premier rang, réjouis nos cœurs en nous les contant.