Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 79

« De quoi ? Que le mal y dorme encore, prêt à se répandre dans leurs villages ? »
« Je l’ignore. Ils ont refusé tout troc, c’est tout. Ils attendent que l’hiver les en ait purifiés. Il fait bien disparaître la vermine. »
... Y avait-il encore du danger ? Leurs chevaux semblaient sains. Ils leur avaient fait serment que la maladie était terminée. Le risque en valait la peine. Il jeta un regard circulaire. Chacun pensait comme lui. Il n’hésita plus...
« Tu m’as l’air bien au courant de la situation. Sois notre guide et accompagnez-nous vers ceux qui ont tant besoin de chevaux et de gros bétail... Pour que tu sois allé si loin, ton village est l’un des plus touchés ? »
« Tu vois nos chevaux ? Nous sommes les seuls à en posséder encore... Pour en avoir, nous troquerons beaucoup de peaux et de métal. »
« Des peaux, des peaux, nous en avons déjà trop, nous pourrions affronter cent hivers... Du métal, je ne dis pas non, ça dépendra de ce que vous m’offrez. Avez-vous du métal blanc ? »
« Euh, oui, un peu ! »
« C’est ce qui m’intéresserait le plus. »
« Je connais deux villages qui en ont à ne savoir qu’en faire, et qui ont perdu tout leur bétail... Mais peut-être sont-ils comme toi, peut-être aiment-ils le métal blanc, et feront-ils des difficultés pour te l’échanger contre tes bêtes ? »
« Es-tu sûr de bien connaître les malheurs et les possibilités de tes voisins ? Qu’importe, si tu me dis qu’ils pourraient faire des difficultés, j’irai ailleurs. La peste a frappé assez loin. Il ne manquera pas de villages sans cheptel, avec du métal blanc en abondance, prêts à le troquer sans faire de manières, eux. »
... Le guide inspira un grand coup. Il en avait trop fait. Une bonne affaire, propre à l’enrichir et à gonfler son prestige, risquait de lui échapper...
« Tu sais, je connais bien ceux qui ont du métal blanc. J’aurais toujours moyen de m’arranger avec eux. Ils t’écouteraient volontiers, mais avec moi, tu l’auras pour encore moins que tu ne l’espérais. Dis-moi tes conditions. Je les leur transmettrai, et leur ferai encore rabattre dessus... Et euh, hum, il me faudra faire sacrifier aux dieux. Les prêtres leur demanderont leur accord. »
« Ta piété fait plaisir ! Rassure-toi, les dieux ne seront pas oubliés... Toi non plus. C’est une joie d’obliger un homme pieux. Contente-toi de veiller à ce que nous ayons de TRÈS bonnes conditions ! »
« Très bien, continuons ! »

19/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 78

... J’ai tort d’en dire tout ce mal. Si les robes de lin sont avides et tortueux bien qu’on arrive, de temps à autre, à être plus malin qu’eux, le nôtre était digne de sa naissance. Son sacrifice fut parfait en tous points. Le Borgne nous favorisa de manière insolente...
... Juste après, j’avais envoyé une colonne, Pewortor à leur tête, convoyer les animaux à troquer contre le métal blanc. Ils étaient partis pour un long périple. Je n’attendais leur retour qu’au plus froid de l’hiver. La chance leur sourit. Au bout d’environ un quartier, mon forgeron – Il n’était là que pour examiner l’étain, mais avait exigé et obtenu que je lui confie, dans mon enthousiasme, les insignes de chef de sa troupe. – et les hommes de sa mince escorte croisèrent un petit groupe de guerriers. Après avoir, selon ses dires, regardé avec envie leurs bêtes, déception leurs armes (elles faisaient, dans leurs gaines, illusion), ils les saluèrent. Une sévère peste avait frappé tout leur cheptel, à dix jours de chevauchée. Ils étaient à la recherche de nouveaux animaux pour le reconstituer...
... Il s’inquiéta. Son troupeau ne risquait-il pas, lui aussi, d'en périr ? On le rassura. Elle était finie depuis environ deux lunes. Aucune bête n’y avait succombé depuis lors. Ils n’auraient pas été assez fous de chercher à s’en procurer de nouvelles, au risque de les voir crever...
... Il avait tout écouté dans l’espoir d’y trouver quelque indication ou avantage. Pouvaient-ils préciser leur requête ? On discute mieux avec des solliciteurs. Ils ne perdirent pas de temps pour tenter de mieux formuler leurs besoins. Il était trop vital pour eux de retrouver au plus vite les bœufs et les chevaux qu’ils possédaient avant la catastrophe...
« Vous, et vos voisins, accepteriez d’échanger certains de vos biens contre nos bêtes ? »
« Sûr et certain, et aux conditions les meilleures... Songe qu’il y en a, même si ce ne sont pas les plus nombreux, qui ont perdu tout leur cheptel... Songe qu’il y a – ça me fait horreur rien que de le dire – des guerriers qui n’ont même plus de cheval. »
... Pewortor était forgeron. Une telle disgrâce n’eût pas dû le frapper beaucoup. Il ne put s’empêcher de compatir...
« Dieux, c’est dur, ça ! Rien qu’à l’entendre ! »
« Le pire, mais ça va être votre chance, c’est qu’il y a des wikos chargés de butin à ne savoir qu’en faire... À moins que vous ne soyez comme les autres. Ils n’ont pas voulu troquer leurs bêtes contre nos trésors, comme s’ils avaient peur. »

18/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 77

« Voyez la qualité des armes que font mes hommes du métal, qui ont compris que notre clan a un vrai chef et que le temps des victoires et des raids chez l’ennemi est revenu. Jusqu’à ce jour, vous n’aviez jamais eu d’armes dignes de vous. Je connais la vaillance des vaincus. À armes égales, ils auraient tenu tête, en un long combat, à leurs adversaires. »
... Je tenais à ménager leur susceptibilité. Ceci expédié, j’en revins à mes soucis...
« Vous avez tous participé ou assisté à nos tournois. Chaque fois qu’un des nôtres héritait d’une arme de valeur, il a vaincu. Mon prédécesseur donnait à des neres comme vous des glaives tout juste bons pour des troisième caste. J’en aurais à peine voulu pour égorger de jeunes gorets ou peler des raves. Moi, je vous apporterai des glaives de grands guerriers, forgés pour la victoire. »
... Tous crièrent, comme un seul homme. Ils voulaient des armes comme les nôtres. Ils étaient prêts, pour en obtenir, à tous les renoncements et à tous les efforts. Pour faire bonne mesure, ils hurlèrent des malédictions à l’encontre de mon père. Il leur avait fait grande et male honte, comme disent les antiques formules d’exécration, en ne leur permettant de disposer que de lames, fragiles comme des brindilles, indignes d’eux...
... Leur enthousiasme, tant il me réchauffa le cœur, me fit l’effet d’un brasier en plein hiver. Il me donna surtout l’occasion, c’était le plus important, de leur faire accepter un nouveau projet. Je l’avais formé parce que mes forgerons étaient des maîtres dans leur art. Sans le sol de cette démonstration et de la joie qui avait suivi, il n’aurait pu éclore. Ce sol était prêt, à moi d’y faire germer mes idées...
... Ils avaient juré, dans leur exultation, être disposés à tous les efforts, tous les sacrifices. Ils allaient, même si c’était provisoire, le regretter. Nous aimons tous posséder de beaux chevaux et de beaux troupeaux... J’allais troquer la majorité de notre cheptel – peu important à l’époque. Ce n’en était pas moins un crève-cœur – contre un maximum de lingots d’étain (Dieux merci, nous avions d’assez importantes réserves de cuivre). Dès l’obtention de ce précieux métal, nos armuriers nous forgeraient de nouveaux glaives. Je fis aussi une obscure allusion, pour éviter à la fois des reproches futurs et des protestations bien présentes, à la probable nécessité de nous nourrir de chèvre, de mouton, peut-être même, certains jours, de glands et de faines, au lieu de délicieuse chair de bœuf ou autres viandes nobles, seules chères dignes de régaler les guerriers. Certains m’avaient compris. Ils s’apprêtaient à récriminer. Je les prévins. J’allais organiser de grandes battues. Les aurochs, les sangliers, voire quelques mange-miel, viendraient, si Bhagos le voulait et si nous étions assez habiles, compléter ce piteux ordinaire. Cette perspective effaça leur ressentiment. Ils ne m’avertirent même pas de me considérer comme maudit si j’échouais. Cela se fait toujours, autant que je sache, quand un chef présente un projet impliquant des privations pour son wiks. Les dieux m’approuvaient...
... Dès le lendemain, on amena et réunit les bêtes à échanger au champ où j’avais triomphé la veille. Je ne gardai que les femelles pleines et quelques mâles aux flancs ardents. Ils seraient notre enjeu pour le prochain tournoi. J’y miserais, si j’avais mes nouvelles armes, le montant le plus élevé autorisé. En cas d’échec, c’était la ruine. J’avais déjà refusé de l’envisager. Entrebâillez d’un cheveu la porte à cette idée, elle envahit la maison. Je ne pouvais me le permettre...
... Les seules protestations, bien timides, me vinrent du bhlaghmen. Il manquerait de bœufs à immoler. Je ne pus, bien que décidé à ignorer son avis, lui donner tort. Le soleil aurait le temps de se coucher – tu connais les prêtres – si je te racontais les trésors d’arguties que je déployai pour lui faire admettre que les dieux attendraient. Nous discutâmes tout un jour, avec des arguments dignes des bas marchandages de deux paysans échangeant des fagots contre des raves, avant d’y parvenir. Je n’arrachai son accord qu’en lui promettant une part de butin double de celle donnée par mon père. Encore l’obtins-je en lui laissant sacrifier d’un bœuf (il ne choisit pas le moins beau) afin de nous obtenir la faveur de Bhagos dans notre troc et nos battues...

17/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 76

... Mes compagnons, bien stylés, avaient pris l’allure, non pas craintive (je n’aurais jamais pu le leur demander), mais mal assurée, d’hommes écrasés par le renom de leurs antagonistes. Ceux-ci étaient tout bouffis de superbe. Leur défaite en serait un double plaisir...
... L’assaut fut bref. Mes champions arrachèrent très vite des mains de leurs adversaires déconfits et humiliés leurs glaives, l’un fort ébréché, l’autre brisé. Je désignai à nouveau deux sceptiques, connus eux aussi pour leur jactance. Ce deuxième engagement ne fut pas beaucoup plus long, avec le même résultat positif, plus une longue estafilade sur le bras d’un de mes opposants... Un des miens avait un compte à régler. Je fis semblant de n’en rien remarquer, mais il avait porté ce coup après avoir désarmé son adversaire...
... Il y eut au total cinq doubles duels, tous à l’avantage des mêmes. Je donnai alors, en dépit de leur évident désir de poursuivre, le signal de la fin des combats. Ma démonstration avait parlé assez haut. La défaite d’un d’entre eux ne devait pas venir en briser tout l’effet. La fatigue pouvait leur être fatale. Sans m’être battu, je sentais une douleur diffuse s’irradier dans mon bras levé. Il devait en être de même pour eux. Ils avaient beau être plus forts, plus endurcis, une défaillance pouvait survenir. Si cela était, la brèche ouverte dans les esprits sceptiques et méfiants se refermerait pour longtemps. Ils m’obéirent, quoique à regret. Ils baissèrent les armes. Brandissant toujours mon glaive, qui me pesait de plus en plus, bien haut, je jetai un long regard sur mes guerriers...

... Une métamorphose, il n’est pas d’autre mot. Des attitudes de fronde, d’incrédulité, de condescendance, au mieux de compassion, manifestées avant ces combats, plus rien ne restait. On me croyait, maintenant. Cette confiance pouvait être éphémère... Je devrais la justifier. Elle était, en cet instant, totale. L’assemblée était aussi enflammée par la fulgurance des combats qu’effrayée par l’aisance avec laquelle ceux qui utilisaient nos vieux glaives avaient été défaits. Elle avait percé le mystère de la victoire de mes champions. Cela lui ouvrait de nouveaux, et très larges, horizons...
... Devant cette attitude ouverte, je n’avais plus qu’à parler. Ils recevraient cette partie de mon discours avec autant de ferveur qu'ils avaient accueilli l’autre avec indifférence...

16/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 75

... Je devais briser cette carapace tenant captifs leurs cœurs, rassurer ceux qui espéraient sans y croire, abattre l’orgueil de ceux qui me mésestimaient. Ils étaient une grosse dizaine. Les dehors de respect dont ils m’avaient entouré lors de ma visite n’étaient qu’un manteau troué. Il laissait voir leur hostilité et leur mépris...
... J’appelai les deux plus enragés. Ils avaient répandu partout, dans mon dos, que tout chien chasse de race. Je serais aussi pusillanime que mon père, adepte comme lui de demi-mesures, comme lui incapable de mener un de ces raids victorieux qui font le renom des plus nobles clans...
... Ces insinuations avaient pris. Même ceux qui les avaient rejetées, indignés, en avaient été touchés. Ils voyaient ma lignée dans les mauvaises grâces de Bhagos. Ils ne me condamnaient pourtant pas d’emblée. Ils me donnaient ma chance. Bhagos est versatile. D’ici à ce qu’il nous ait pris à nouveau en amitié...
... Ils sortirent des derniers rangs, bousculant, pour accéder au centre de la place, près de moi et de mes champions, tous ceux devant eux. Les quatre qui allaient se livrer un assaut étaient de force à peu près égale, mais, et c’est pour cela, en plus de leur langue de vipère, que je les avais choisis, mes adversaires passaient pour meilleurs combattants. Ils étaient de toutes les beuveries, où ils péroraient et se vantaient. Ils y avaient acquis grand prestige. Ce n’était pas le cas de mes compagnons, taiseux et peu liants. La gloire, disent les prêtres, c’est la grande parole. Qui proclame cent fois « J’ai tué un ennemi » passe pour plus vaillant que celui qui dit une fois, sans même insister, qu’il en a tué cent... Et ce n’est pas cent, mais mille fois, peut-être, qu’ils s’étaient prévalus de leurs prouesses...
... La gloire de ces deux-là, sans comparaison avec celle de mes champions, était partie intégrante, essentielle, de ma démonstration. Je fis reculer la foule. Un espace suffisant pour combattre se dégagea. J’ordonnai aux duellistes de s’affronter...