Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/08/2007

AUBE - SAGA DE L'EUROPE (84)

... Nous revînmes au village. Pewortor n’était toujours pas de retour. Il n’arriverait pas avant au moins une lune et deux quartiers... À peine un quartier plus tard, un de ses messagers survint. Il me rapporta leur succès. À l’appui de ses assertions, il avait de quoi forger déjà plusieurs beaux glaives. Je fis, aussitôt, porter le métal à Punesnizdos. Il tomba à genoux, remercia les dieux. Son geste de dévotion terminé, il bouta le feu au foyer de sa forge...
... Deux jours après, la troupe était là. Je rendis grâces aux divinités de nous avoir permis de faire aussi bonne chasse. À cause de leur retour prématuré, j’avais bien plus de bouches à nourrir, dès les premiers mauvais jours, que prévu. Bhagos, quoique borgne, voit tout. Il avait suppléé à mon ignorance. Il nous avait offert toute cette viande supplémentaire en prévision... Mais lui et ceux de son espèce sont des dieux, quand nous ne sommes que des hommes...
... À cette occasion, je fis, aux démons la lésine, préparer une grande fête. Elle fut à la hauteur de la nouvelle et infaillible générosité du ciel. Amasser et grignoter comme le hamster aux lourdes bajoues ou l’écureuil cacheur de graines lui auraient été offense et grave insulte. Nous aurions perdu sa faveur. Nous l’honorerions en festoyant. Il nous avait comblés de ses bienfaits pour la saison froide. Il ne devait nous rester aucune réserve à l’entrée de la saison chaude. Voyant notre piété et notre confiance, il remettrait sur notre chemin noble gibier et beaux butins...
... Notre banquet fut copieux, l'hydromel plus copieux encore. Nous invitâmes les troisième caste à venir se goberger. Ils ne s’en privèrent pas. Il y eut le lendemain de pénibles réveils, le mien pour le premier. Je sortis sous la pluie pour me remettre de la folle nuit. Je me rendis à la forge. Pewortor, traité la veille au soir comme un des nôtres, cuvait quelque part son medhu. Il restait introuvable ou sourd à tous appels. Son père était déjà debout. Il se tenait devant son foyer où régnait un vrai brasier. Il avait anticipé mon ordre. Il s’était mis au travail sans délai... »

24/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 83

... J’acceptai leur offre, et la fis proclamer partout. Tous les louèrent. Notre village enverrait enfin aux dieux, après tant d’années (on avait vite oublié la mort de mon père !) des guerriers tombés au combat. Ils nous soutiendraient auprès d’eux, et seraient exaucés. Nous aurions bientôt des ennemis nombreux et puissants à qui nous affronter, avec un butin à l’avenant. Notre moral était plus élevé, s’il est possible, que Soleil à midi...
.. Mes éclaireurs ne nous avaient pas trompés ni exagéré, suivant la coutume de certains chasseurs, l’importance du troupeau. Les énormes bovins formaient une horde dense comme un beau champ d’épis. La ponction que nous y ferions serait pour la troupe de ces monstres ce qu’une touffe d’herbe broutée est pour la steppe, une minuscule blessure qui se cicatrise en moins d’une saison...
... Nous en tuâmes assez pour passer un long hiver, au prix de deux morts. Deux de nos vieillards avaient vu des urus faire une brusque volte pour s’échapper. Ils s’étaient précipités devant eux, épieux pointés. Ils avaient été tous les deux éventrés et foulés à mort. Les géants cornus n’en étaient pas sortis indemnes. Nous n’eûmes qu’à les achever, tant ils y étaient allés de bon cœur. Eux n’étaient plus que charpie... Ces brutes montrent la plus violente fureur dans leur agonie. Nous les enterrâmes sur le lieu de leur exploit. Leurs cuirasses et de nombreux biens, récompense de ce haut fait, reposent dans notre cimetière des héros. Les autres anciens, qui avaient proposé de se sacrifier, enviaient leur sort. Le prêtre les consola. Ils n’avaient pas démérité. Thonros leur réservait un trépas encore plus noble. Le crurent-ils ? Ils le feignirent. J’ajoutai que le Seigneur des guerriers les avait laissé survivre afin que leurs derniers jours nous voient renouer avec la victoire et les beaux butins. Ils louèrent sa sagesse et reprirent bonne figure. Nous dépouillâmes et dépeçâmes toutes nos victimes. Nous découpâmes leur viande en fines lanières. Elle sécherait plus vite. Cette tâche nous occupa plus d’une lune. Avant la fin de la saison froide, nous disposions de nourriture et de cuir à foison...

23/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 82

... Transactions et échanges ne prirent que deux quartiers... À peine la moitié du temps prévu. Ils devaient revenir aux frimas. Ce fut avant le gel, quand il restait encore quelques rares feuilles aux branches. De même, je m’attendais à avoir juste assez pour nous équiper en vue du prochain tournoi. Il me rapportait de quoi nous armer tous, et au-delà. Il avait poussé la coquetterie jusqu’à me ramener un coursier dont je ne m’étais séparé qu’à grand peine et regret. Il le montait, ayant cédé son moins beau cheval à la place. Je ne pouvais guère le lui reprendre. Va-t-on marchander à qui vous offre tout ce que vous désirez, et au-delà ? Tout cet étain nous a été bien utile. Depuis, tu sais comme il a augmenté ! Là où il fallait un bœuf, il en faut trois, quatre parfois... Et il avait eu ses lingots pour encore moins, la moitié peut-être

Le chef de patrouille devint tout rouge. Toutes ces combines puaient l’immoralité. Il n’aurait pas dû appeler ner cet artificieux Pewortor... Ce qui était fait, pour sa plus grande gloire d’ailleurs, était fait. Il n’allait pas revenir dessus. Dans cette affaire de transaction, le village entier de Kleworegs, et lui le premier, était solidaire et complice. Soucieux de bonnes relations avec lui, il s’abstint de faire la morale. Il préféra s’inquiéter de ses battues.

… Nous partîmes à la rencontre des aurochs. Pour la première fois, quelques vieillards d’âge canonique voulurent nous accompagner. Je saluai leur grand âge et plus encore leur vaillance... Cette chasse est dangereuse entre toutes. Ils avaient décidé d'y participer afin, si les dieux daignaient leur sourire, d’y trouver une mort digne de leur sang. Ils feraient le sacrifice de leur vie pour ne pas rester, bouches inutiles, à notre charge, et nous aider. C'était un prix bien doux. Notre wiks, de nombreux signes l’annonçaient, vivrait dans la gloire et le triomphe. Il leur plaisait d’être les premiers héros morts sous mon règne, et célébrés pour ce geste, plutôt que des vieillards à qui, sous la mince écorce du respect, on reprocherait le peu qu’ils mangeaient. Ils me priaient, et même exigeaient de moi, en vertu de la déférence que je devais à leur vieillesse, de leur désigner les positions les plus exposées, qu’un chasseur doit tenir sans faillir au risque d’être piétiné. Je ne devais ni me priver de vétérans, en pleine force de l’âge, ni exposer à ces postes des jeunes, enclins à s’effrayer devant la charge aveugle des ures. Eux, ils tiendraient. S’ils y périssaient, la perte ne serait pas bien grande pour le village. Leur gloire, en revanche, serait large comme toute la steppe. Ils banquetteraient au festin de Thonros...

22/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 81

... Pewortor était arrivé au premier village dévasté par la peste du bétail. C’était celui de ses interlocuteurs. Ils entendaient être les premiers servis. Il en salua les chefs. Ils lui contèrent leurs malheurs. Ce wiks, tant son cheptel était superbe et abondant, avait reçu le nom de Gurtos kerdhobhyos... Maintenant ! ... Il s’étonna. Le mal, terrible aux chevaux (seuls de rares poulains, en sus des bêtes de ses guides, y déambulaient), semblait avoir épargné les bœufs. Ils le conduisirent, l’air accablé, vers une crevasse. C’était leur charnier. Ils y avaient jeté les bêtes crevées. L’amas de cornes le criait bien haut. Leurs cadavres, eux non plus, ne se comptaient pas...
... Reste qu’ils étaient plutôt à la recherche d'étalons et de taureaux (les vaches avaient été moins frappées), et avaient peu d’étain. Pewortor avait chapitré ses hommes. Ils affichèrent une déception des plus ostentatoire. Les villageois firent grise mine. Ils s’empressèrent, pour prouver leur bonne volonté et profiter de notre cheptel, d’aller prévenir à l’entour. Ils avaient bien décrit les faits. Leurs voisins avaient perdu tous leurs bovins. Ils désespéraient de jamais reconstituer leurs troupeaux. Les décider ne prit qu’un instant. Ils nous livreraient contre quelques bêtes tout leur métal blanc. Il n’était qu’un vestige inutile d'une époque de raids ou d’échanges fructueux... Nos taureaux et nos étalons, eux, étaient l’avenir. Ils se présentèrent chargés de lingots… Plus que nous en avions besoin, mais il prit tout...
... Il m’a conté, à son retour, avoir eu une étrange sensation pendant ces trocs. Les villageois se gaussaient tout bas et riaient derrière son dos. Essaierait-on de le gruger ? Il avait été détrompé. À part la dîme, exagérée, prélevée par ses gourmands intermédiaires, les conditions en étaient très favorables. Il en avait eu le fin mot. On trouvait du dernier comique de le voir échanger nos précieux animaux contre ce métal terne qui n’intéressait que les forgerons...
... Ils avaient tenté de s’opposer à la transaction. Ils avaient dû céder devant l’avis unanime des neres et des producteurs, pour une fois d’accord. Je ne sais quels étaient les arguments des troisième caste. Pour les guerriers, la qualité des hommes primait cent fois celle des armes. Ils insistèrent presque pour s'en débarrasser. Les beaux chevaux étaient beaucoup plus importants... À moins qu’ils n’aient pensé que la qualité et la solidité de leurs lames les empêchaient de mettre en valeur leur force... Qu’ils n’aient été, en quelque sorte, jaloux des trop beaux glaives. Les idées de mon père étaient bien partagées... Je n'irais pas m’en plaindre... J’en profitais...

21/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 80

... Les premiers bosquets avaient avalé ceux qui partaient quérir le métal. La poussière soulevée par leurs chevaux n’était pas retombée que j’annonçai de grandes chasses. Réussies, elles empêcheraient les miens, ne les voyant pas revenir (nous ne les attendions pas, au mieux, avant trois lunes), de succomber au désespoir. Le goût du gibier sur la langue étouffe l’amertume de l’attente et de l’inquiétude. Il fallait que ces traques soient fructueuses. J’autorisai les troisième caste à tendre leurs rets et collets dans nos garennes. Ils piégèrent à profusion lièvres et hérissons, dont nous prîmes la moitié, de quoi faire bombance un quartier. Ce n’était que des amuse-gueule. Le gros gibier seul est une proie digne d’un fils de Thonros. Mes hommes supporteraient le gruau s’il y avait, pour le relever de temps à autre, de cette délicieuse viande sauvage. J’avais sinon tout à craindre de leur haine et de leur mépris envers Kleworegs, le chien fou qui n’a pas tenu ses promesses. J’étais condamné, au nom des efforts et peines que j’en exigeais, à ne pas échouer...
... Je les réunis. Qu’ils se préparent ! Nous allions courir sus à nos proies favorites. Mange-miel bien gavés, à la graisse qui guérit tout, sangliers repus des fruits de l’automne, aurochs bien gras, auprès desquels nos vaches sont chèvres faméliques, tous à ne savoir qu’en faire, seraient de notre prochaine ripaille...
... Pour cette expédition, nul besoin de glaives. Mieux valait de lourds épieux à la pointe durcie. Ils sont, plus que les lames, l’arme idéale contre le gros gibier, la terreur de l’urus et du porc sauvage. Un quartier durant, une intense, fiévreuse activité régna autour de nos feux. Nous passions à la flamme de grosses branches épointées...
... Rien qu’à les tenir, mes guerriers avaient repris tout leur cœur. Avec eux, ils affronteraient, et vaincraient, les bêtes les plus farouches. Nouveau signe des dieux, nos éclaireurs nous signalèrent, non loin, un grand troupeau d’ures. La conjonction entre les efforts demandés, ma décision de lancer une grande battue pour avoir de quoi manger comme des guerriers cet hiver, et le passage de cette horde où nous allions cueillir nos victimes, prouvait la bienveillance de Bhagos à mon égard. Plus personne ne doutait. Le distributeur de toutes choses m’avait élu l’un de ses favoris. J'ordonnais, c’était lui qui parlait par ma bouche. Le bruit en courut par tout le wiks. Au bout de quelques jours, sans avoir encore montré ni mon aptitude au vrai combat, ni ma capacité ou mon art de mener les miens à la victoire, ils me louaient comme Kleworegs le pieux. C'était un signe. Seuls les rois maintes fois vainqueurs, preuve que les dieux les ont en grande estime et soutien, y ont droit...