Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-007

– Pourrai-je voir cet enfant ?
– Bien sûr !
Ils sortirent. Un paysan, tendant le cadavre sur sa fourche, les attendait derrière la porte. Le prêtre l'avait piégé. Il voulait le charger de la sale besogne. Il se tourna vers lui. Son visage irrité le persuada du contraire. Le gamin venu les prévenir avait averti les siens de son réveil. Connaissant sa fonction, ils avaient décidé de le lui présenter, soit pour conforter les formules d'éloignement de la malédiction déjà prononcées, soit pour demander des éclaircissements sur son retour après son exposition. C'était cela ! Ses paroles ne laissaient pas place au doute.
– Ce mal-né a été exposé, puis ramené au woikos par les chiens qui ont tenté, en vain, de le déchirer. Devons-nous y voir un signe, oracle ?
Il était plus fatigué qu'il ne le pensait ; son mal de tête continuait à lui vriller le cerveau. Un peu par routine, pressé de s'en débarrasser et de partir, il oublia la grande règle : les dieux n'envoient jamais deux signes qui ne soient séparés par un espace d'au moins un jour et une nuit. Il décida qu'ils se manifestaient à nouveau :
– Je vois, par ce signe, que jamais un ennemi ne viendra à bout de démembrer Aryana !
Il rentra dans la maison du prêtre. Il le regardait, en extase. Encore une prophétie ! Qu'il serait heureux d'obliger un tel ami des dieux !
– Mangeons, puis je partirai. N'oublie pas d'enterrer ce bébé. Il ne faut pas que les chiens s'en emparent à nouveau, et le déchirent.
– Si besoin est, nous creuserons à ce que l'on ne voie plus nos têtes !
Il approuva. La servante du prêtre apporta du brouet. Il se jeta dessus. Le repas expédié, il prit congé. Sur son cheval, il s'interrogea. En avait-il dit trop, ou pas assez ?
Inutile d'y penser. Il serait vite à Kerdarya. Ses révélations en imposeraient. Il est rare qu'un oracle arrive avec deux prophéties aussi fortes.
Hélas, l'exaltation et la joie le lui avaient fait oublier, une n'était pas inspirée par les dieux.

26/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-006

Bercé par ces rêves et ce riant, même si lointain, avenir, il dormit jusqu'au milieu de la matinée. Il ne dirait rien de ses espoirs, qu’ils ne soient devenus certitude, à ses hôtes. Il ne les oubliait pas. Il dévoilerait ses visions et son oracle à ses pairs ; ils entreraient dans ses vues ; ils le diraient grand prophète et grand voyant. Alors il reviendrait les saluer et les honorer. Trop de signes, s'ajoutant, se formaient en une masse critique. Ses révélations donneraient le coup de pouce nécessaire. Nul ne douterait plus qu'un jour nouveau arrivait, dépendant de la volonté des dieux et des paroles des prêtres. Ce présage venait à point nommé pour appuyer le simple bon sens. Il en faisait un devoir sacré, à quoi se dérober serait sacrilège.
Il se réveilla. Il avait un fort mal de tête. Pas étonnant ! Les dieux avaient hurlé dans son crâne. Il se leva et revêtit son habit de voyage, nouant à la va-vite ses lanières. Tout dansait devant ses yeux. Il en savait assez pour repartir sans délai. Il resterait partager le repas du prêtre. Les migraines cessent plus vite ventre plein.
Il sortit. Le prêtre l'attendait, anxieux. Il lui parla de ses visions, semblables en tous points à sa description de la veille. On ne l’avait pas dérangé pour rien, même s'il ne pouvait en dire plus. Il se rengorgea. Son initiative serait au moins, même sans suite, une source de prestige accru parmi les siens. Mais si après son appel, des choses (ce flou cachait la taille de ses espérances) se décidaient, il serait convié aux sanctuaires de son peuple pour y être intronisé dans le corps des voyants et prophètes. Un rare, et grand, honneur. Ils étaient respectés entre tous ceux de sa caste pour révéler les voies indiquées par les dieux pour favoriser leur peuple.
Pendant qu’ils discutaient, joie et espoir mal contenus, un jeune garçon vint les déranger. On allait mettre le corps du bébé retrouvé le matin sur la place du village dans un enclos sûr, en attendant de l'emporter là où les chiens n'iraient pas le déterrer pour le ramener en faire leur festin. Le prêtre approuva. Reggnotis s'enquit, plus poli que curieux, de l'incident. Il apprit les événements de la nuit et comment, à leur réveil, ils avaient retrouvé le corps quasi intact du bébé que les mâtins s'étaient disputé. Ils l'avaient aussitôt appelé et, après un rituel destiné à éloigner les démons qui font mourir les enfants avant terme, l'avaient déposé sur les pointes d'une fourche pour le jeter au loin. Chacun s'était trouvé une activité pressante pour ne pas se charger de cette corvée.
Le prêtre s'excusa. Il l'avait ennuyé avec cette histoire sordide. Dès son départ, il irait exposer le cadavre dans le bois là-bas au midi. Il abritait assez de fauves qui l’auraient vite dévoré, et bon débarras. Qui sait s'il n'y avait pas un signe funeste dans son retour au village qui l'avait exilé ? On avait détourné les démons de la mort ce matin, mais s'il fallait lancer les mêmes formules d'exécration plusieurs jours de suite ? Elles s'affaibliraient à n’être plus que des mots.
Depuis longtemps, Reggnotis ne l’écoutait plus. Ses paroles ne lui parvenaient plus que comme un murmure indistinct... qui s’arrêta enfin.

25/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-005

Il pouvait se rendormir, bien que, jusqu'à ses visions, il eût en réalité plus somnolé que dormi. Il plongea dans un profond sommeil. Il serait d'autant plus long que sa transe avait été intense. Son visage était apaisé, souriant. Les dieux avaient fait de lui leur messager, et leur message était des plus plaisants à transmettre. Il se réjouissait, dans son rêve, qu'ils lui eussent envoyé un avis à ce point conforme à ses vues.
Il se reprit vite. Ils n'auraient pas parlé à un prêtre opposé à leur volonté. Non, tout était bien. Qui recevrait leur message devait en comprendre toutes les implications, et le défendre de toutes ses forces devant les autres augures et les prêtres du Grand Conseil. Il les convaincrait. Il désignerait le but de la prochaine conquête... Pour avoir été décidée par les dieux eux-mêmes, elle ne serait pas un petit raid saisonnier, mais une grande migration rassemblant tous ceux des régions menacées, les cadets des grandes familles et quelques aînés de moindre naissance.
D'avoir été à son origine, il était déjà au conseil des prêtres, ou en voie d'y parvenir, comme tous les première caste annonciateurs et initiateurs d'un Printemps Sacré où, sur des terres inconnues, Aryana se régénérait et acquérait des forces nouvelles. L'idée d'une telle migration était déjà en l'air. Il ne manquait qu'un objectif et un chef incontestables. La plupart des prêtres souhaitaient que ce soit l'ouest, plus fertile et où l'on ne risquait pas de se heurter à chaque pas aux Muets. Pour créer un nouvel établissement, peuplé de milliers d'hommes que leurs femmes et enfants rejoindraient bientôt, mieux valait une terre de paix et de tranquillité. Le levant était tout le contraire, mais les grands rois y récoltaient le plus haut renom. Ils auraient voulu que les nouvelles terres y fussent situées. Les dieux avaient parlé. Ils changeraient d'avis. Même le guerrier le plus intrépide doit s'incliner devant eux.
Reggnotis avait désigné le but. Resterait à trouver l'homme. Qui parmi ces chefs avides de gloire serait choisi ? Aucun ne lui plaisait. Pourquoi s'en inquiétait-il ? Le désigner n'était ni son affaire, ni celle des hommes. Aux dieux seuls d'élire, s'il existait, qui en serait digne.

24/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-004

Il avait été au bon moment, au bon endroit, pour en être favorisé. Quelques mois avant son arrivée, des microséismes, à la source bien lointaine, que seuls des animaux aux sens ultrasensibles avaient détectés, avaient secoué le sol et clivé ses couches souterraines en d'innombrables fissures invisibles, mais d'où, poussés par les mouvements de l'écorce de la terre, s'étaient élevées des vapeurs délétères, toutes lourdes et stagnantes. Elles avaient trouvé dans un petit creux de terrain, au sud du village, où s'épandre à leur aise aussi longtemps que les vents, soufflant en majorité vers l'est, ne les en chassaient pas. Elles s'y amassaient au niveau du sol, au plus haut à la hauteur du visage d'un homme allongé sur une couche basse. Peu concentrées, elles ne causaient aucun dommage notoire, que ces sensations pénibles de chaleur à l'intérieur de son corps, et d’assèchement à sa surface, qu'il avait, après tant d'autres, ressenties. Dire qu'il en avait douté un instant et cru qu'il se sentait mal ! Le prêtre avait dit vrai. Ce qui s'y passait était au-delà de l'entendement d'un mortel. Les dieux se manifestaient.
Avait-il senti que l'épanchement de vapeurs trouvait sa source dans des mouvements du manteau de la terre ? Avait-il deviné les gigantesques éruptions, dévastant de lointains territoires et crachant de noires fumées qui, lancées à l'assaut du ciel, modifieraient le climat sur une partie de la planète, dont Aryana et ses alentours ? Il avait vu la catastrophe et décidé que les dieux lui ordonnaient d'indiquer à ses meilleurs fils de pousser vers le nord-ouest. Ils y seraient à l'abri de l'assèchement des sols et de la raréfaction des récoltes, de l'amaigrissement du cheptel et de la famine. Dans son état de veille anxieuse, ses savoirs enfouis étaient venus, comme les bulles s'exhalant de la vase des marais sous l'aiguillon d'une branche qui les agite, crever en surface. Ils lui avaient imposé cet abandon du sud, cette nouvelle ruée vers les terres où se couchait le soleil.
Sa sensation d'étouffement et les phosphènes entraînés par les gaz stagnants, son impression de voir les poils de sa poitrine s'épanouir en forêt luxuriante, l'avis que le sentiment d'oppression n'était sensible qu'au sud du village, s'étaient mélangés et avaient réagi les uns sur les autres. Miette par miette, une foule de souvenirs, qu'il croyait enterrés, et de connaissances, qu'il s'imaginait avoir oubliées, avait surgi. Il étouffait quand la chaleur était pesante. Ressentir, par cette fraîche nuit d'automne, cette sensation typique des jours d'été trop chauds renforçait cet aspect de prémonition et d'avis solennel. La chaleur brûlante, dessicante, allait surgir pour dévorer ces terres. Toujours il avait chaud quand il descendait vers le sud, toujours il se retrouvait transi et mouillé quand il allait vers le couchant ou la terre des arbres moussus. Si la chaleur augmentait à en devenir insupportable au midi, le temps deviendrait doux et agréable dans les anciennes terres plus froides de l'ouest. Les poussières vertes qu'il avait vues entre ses paupières fermées et qui, avec la pilosité de sa poitrine, lui avaient évoqué les mousses et les feuilles, avaient elles aussi indiqué avec clarté où devrait s'avancer son peuple, vers les terres humides et fraîches et les impénétrables forêts.

23/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-003

Tout était différent aujourd'hui. La chance tant espérée était là. Il était concentré, à oublier le monde, pour recevoir l'appel des dieux. Il ressentait tout ce qu'il lui avait décrit, avec force exclamations et éloquente emphase. À la différence des autres, il avait attendu longtemps avant de faire venir un augure. Il avait interrogé, contre interrogé, tous ceux qui avaient prétendu être, comme lui, favorisés d'une vision. Il l’avait reconnue dans leurs descriptions. Elle revenait, sporadique, toujours aussi précise et également distribuée, pour peu qu'on dorme dans un certain endroit. Violente, elle mettait à la bouche un goût de métal. Nul n'en sortait intact, tête serrée, corps desséché, toute la matinée suivante.
Il l’avait écouté, attentif. Il retrouvait tout : bouffées de chaleur, impression de baigner au sein d'une fournaise, oppression, flammèches, et toujours, signe étonnant, aucune sueur. Tout y était, au détail près. La véracité absolue du récit de son hôte lui apparut à une circonstance que même le plus ingénieux affabulateur n'aurait pu inventer. Les poils de son torse s'allongeaient et se vrillaient en tortillons, s'emmêlant en une jungle inextricable et proliférante, jusqu'à donner à son poitrail l'aspect de celui du mange-miel. Il n'y avait que deux guerriers, tous les deux aussi velus que lui, à l’avoir ressenti, mais ils n'avaient, eux, rien su percevoir du message ainsi révélé. Pour lui, ce foisonnement avait été fécond. En même temps qu'ils croissaient sur sa poitrine, il se représentait les mousses sur le flanc exposé à la nuit des chênes s'étirant, se transformant en rameaux, en nouvelles branches, tandis que l'écorce du côté opposé se racornissait, se desséchait, se craquelait jusqu'à disparaître et à faire ressembler le tronc nu à une chair couverte d'escarres. Feu, sueur, foisonnement : le message divin était limpide
Tous les signes avaient pris un sens bien précis. Un sens qui rejoignait ses intuitions, ses impressions, sa vision de l'avenir. Il était arrivé à une conclusion irréfutable. Son parcours avait été tout de logique, d'une logique au service du vouloir des dieux. Ce n'était pas son affaire. Sa clairvoyance venait non d’une lente réflexion, mais de ce que les divinités lui avaient tout montré, tout expliqué.
Cet avertissement divin et l'avenir qu'il souhaitait concordaient en tous points. Ça n'avait rien pour l'étonner. Il en avait reçu d'autres auparavant. Honte sur lui d'avoir failli à les identifier, prenant pour fantaisie ce qui était appel. Fallait-il que ceux d’en-haut souhaitent son élévation pour être si explicites et ne s'en être point détournés devant son incompétence ! Il ne négligerait plus leur message. Au matin, il partirait pour Kerdarya. Ce qu'il avait à dire était trop important. Ses révélations ne subiraient aucun retard.
Il avait cette nuit senti l'imminence d'une sécheresse qui dévasterait tout le midi, et la nécessité de migrer au pays des arbres moussus, où son peuple proliférerait et s'épanouirait. Depuis un moment, ses voyages l’avaient instruit que le climat évoluait. Cette vision venait couronner un intense travail de déduction, en était le point culminant. Jamais il ne l'admettrait. Les dieux seuls, non sa science, avaient inspiré sa prophétie.