Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/08/2011

Mukagali MAKATAEV, poète du Kazakhstan

mukataev.jpgMukagali Makataev, un des plus grands noms de la littérature kazakhe, est né le 9 février 1931 dans le village de Karassaze, situé au pied de la majestueuse montagne Khan-Tengri qui culmine à 7 010 mètres d'altitude. Elle fait partie du massif du Tian Shan. Son village natal est situé  dans la fertile région d’Alma-Ata (aujourd’hui Almaty), Kazakhstan, alors République Socialiste Soviétique du Kazakhstan, une des 15 républiques qui composaient anciennement l’URSS. Il meurt le 27 mars 1976 à Alma-Ata. Mukagali Makataev  termine ses études supérieures à Moscou, dans le célèbre Institut de littérature et de création littéraire Maxime Gorki.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages : La Vie est une légende, La Vie est un fleuve, Requiem pour Mozart, Poèmes, etc. Beaucoup de ses poésies sont mises en musique. Elles sont devenues de véritables chansons populaires connues par tous les Kazakhstanais.

Makataev traduit en kazakh les grands classiques russes, les œuvres de Walt Whitman, La Divine Comédie de Dante.

Son nom est aussi célèbre que celui du patriarche de la littérature kazakhe, Abaï Kunanbaïouli(1845-1904) et d’un autre géant des lettres kazakhes, Moukhtar Aouezov (1897-1961).

Makataev est lauréat du Prix d’Etat du Kazakhstan.

Aimé par la jeunesse, il est devenu le poète le plus populaire du pays.

Cette année, le Kazakhstan fête solennellement les 80 ans de sa naissance.

Athanase Vantchev de Thracy

Poèmes traduits du kazakh en français par

Moursal-Nabi Tuyakbaev et Athanase Vantchev de Thracy

 

1.

 

Есіңе мені алғайсың

Нұр жауып тұрған көктемде
Гүл тере барсаң бөктерге
Қоңыраулатқан аспанды
Найзағай шаншып өткенде
Есіңе мені алғайсың

Қазбауыр бұлттар маңғанда
Орманға жазда барғанда
Арманда мені арманда
Мен бар деп мына жалғанда
Есіңе мені алғайсың

Қараша келген шақтарда
Құлазып тұрған бақтарда
Жапырақ жайрап жатқанда
Құрайлар сыңси қаққанда
Есіңе мені алғайсың

Ақ ұлпа жерді жапқанда
Ағаштар сырға таққанда
Бозарып атқан ақ таңда
Бозарып тұрып ақпанда
Есіңе мені алғайсың

 

Souviens-toi de moi


Quand le printemps
 éclate de toute sa lumière,

Quand tu vas cueillir des fleurs,

Quand la foudre

Transperce le ciel et fait sonner les cloches,

Souviens-toi de moi.

Quand de doux nuages voguent dans le ciel,

Quand, l’été, tu erres dans la forêt,

Rêve de moi, rêve !

En pensant que je fais partie de ce monde,

Souviens-toi de moi !

Quand vient novembre,

Quand les jardins solitaires

Sont lourds de feuilles mortes,

Quand le kouraï susurre sa suave mélodie,

Souviens-toi de moi !

Quand la neige blanche recouvre la terre,

Quand les arbres se parent de scintillants cristaux,

Quand vient février plein de grisaille

Et son aube pâle,

Souviens-toi de moi !

2.

 

Афтограф

 

Көрер едің

Шаламын ба, отпын ба?

Білер едің

Ақынмын ба, жоқпын ба?

Кектендірген хан Жәңгір де жоқ мұнда,

Кектенетін Махамбет те жоқ мұнда.

 

Түсінер ең

Езбін бе, әлде ермін бе,

Байқар едің,

Артықпын ба, кеммін бе?

Мен Спартак бола алмадым, не шара,

Сенің өзің Цезарь болып көрдің бе?!

 

Сырым да- осы,

Жырым да –осы,

Алдыңда

Байқашы бір, бықсыдым ба, жандым ба?

... Махаңдар жоқ,

Махаңдардың сарқыты –

Мұқағали Мақатаев бар мұнды!

 

 

Autographe

 

Etais-je tison ou feu ardent ?

Si tu avais pu voir

Tu aurais su

Si j’étais un vrai poète ou non !

Non, il n’y a pas de nos jours de Djanguir Khan

Qui poussait son peuple à le haïr,

Il n’y pas non plus de Makhambet,

Ce héros qui savait haïr.

 

Tu aurais pu comprendre

Si j’étais un moins que rien ou un héros.

Tu aurais pu remarquer

Si j’étais mieux que les autres ou pire.

Que faire, je n’ai pu devenir Spartacus

Et toi, as-tu tenté d’être César ?

 

Le voilà mon secret,

La voilà ma poésie,

Elle gît sous tes yeux,

Essaie de comprendre si mon être

Etait vaine fumée ou feu flamboyant.

 Non, il n’y a pas en ce lieu

Des Makhans

Ni traces de lui,

Ici, devant vous, se tient en personne

Mukagali Makataev.

 

Glose :

Makhambet Utemissov (1803 – 1846) : Makhambet est un personnage épique de l'histoire et de la poésie kazakhes. À seize ans, il remporte tous les tournois de poésie où s'affrontent lesakin, poètes improvisateurs oraux. Le khan (souverain) de sa horde le distingue et en fait le précepteur de son fils. Mais très vite Makhambet s'indigne des injustices que subissent les éleveurs nomades. Il dénonce dans ses chants les abus. Il doit alors fuir au-delà de l'Oural. Il est rattrapé et jeté en forteresse. Il s'en échappe. Quand le peuple, à bout de souffrances, se soulève, il se joint à lui, combat à ses côtés, l'encourage de ses chants. La rébellion va de victoire en victoire. Encerclé, le khan appelle à son secours les Russes.
Le soulèvement est écrasé, son chef tué. Makhambet doit mener une vie errante avec sa famille. Repris, il sera livré aux Russes, mais aussi libéré par eux. Des tueurs finissent par retrouver sa trace. Il sera décapité et sa tête rapportée au sultan.
La poésie de Makhambet fait revivre avec une rare puissance ses combats pour la justice et la liberté. Elle est parcourue du souffle de la steppe, retentit du fracas des batailles. Peuplée des animaux de la plaine et des monts, elle est riche de métaphores étonnantes, de méditations passionnées.

Makhan : appellation affectueuse et respectueuse de Makhambet. Les Makhans : l’auteur pense ici à tous les éminents poètes kazakhs comme Makhambet.

 

3.

 

НЕ ПАЙДА КҮРСІНГЕННЕН, ӨКІНГЕННЕН

 

Не пайда күрсінгеннен, өкінгеннен,

Не пайда дәтке қуат бекінгеннен,

Алайда, емханада көз жұмғаннан,

Жақсы еді ғой майданның өтінде өлген.

 

Құрбан ғып жастығымды, жас ғұмырды,

Жауымнан жасыра алмай қастығымды.

Жанымды аямаған жауларымнан,

Ала жатар едім ғой жастығымды.

 

Өкінбен, мұңайман да, өксімеймін,

Өмірім, осылай-ақ өтші мейлің,

Алайда, аласапыран тіршіліктің,

Алдында күресе алмай тек сілейдім!

 

Күнін көріп жүргем жоқ жетім құлдың,

Бірақта не бітірдім, не тындырдым.

Шөп жинаған ініне суырдайын,

Әйтеуір тіршілікке бетім бұрдым.

 

Қарасаз, қара шалғын өлеңде өстім,

Қырға шығып ырысқа кенелмеспін...

Өлсе өлер Мұқағали Мақатаев,

Өлтіре алмас, алайда өлеңді ешкім!

 

Qu’importe si je suis triste ou irrité

 

Qu’importe si je suis triste ou irrité,

Qu’importe si je ne peux rendre plus ferme ma consolation,

En tout cas, au lieu partir pour l’autre monde à l’hôpital

Mieux eût valu pour moi périr dans la fournaise de la bataille.

 

Offrant en sacrifice ma jeunesse, ma vie encore verte,

Ne sachant dissimuler des ennemis ma haine,

Ennemis qui n’ont pas eu pitié de moi,

J’en aurai emporté quelques-uns dans ma tombe.

 

Non, je ne regrette rien, je ne me plaindrai pas de mon destin,

Que ma vie soit telle qu’elle est,

Cependant, devant cette existence qui n’est que pure vanité,

Ne connaissant pas l’art de combattre, je suis resté comme pétrifié.

 

Faire en sorte que je ne traîne pas comme un esclave orphelin ?

Hélas, toutes ces années, qu’ai-je fait, qu’ai-je su mener à bonne fin,

Comme les marmottes qui ramassent des brins d’herbe pour leurs terriers,

J’ai tourné ma face vers la vie banale de tous les jours.

 

Enfin, j’ai grandi dans un pré recouvert d’herbe de Karassaze,

Je ne connaîtrai pas de si tôt le bonheur d’escalader les monts,

Et si le destin veut qu’ainsi meure Mukagali Makataev,

Néanmoins, sachez-le, personne ne réussira à tuer la poésie.

 

 

4.

 

REQUIEM POUR MOZART

(Р е к в и е м)

I.

Жетімдер үні

 

Біздер –

Жетімдерміз,

Жетімдерміз.

Ақпанның,

Аяз қардың өтіндеміз.

Мына сараң өмірден сауға сұрап,

Тіршіліктің мазасын кетіргеміз.

Біздер – жетімдерміз!

Біздер – жетімдерміз!

Доп қылып жердің шарын өтудеміз.

Бостан-босқа өлмейміз,

Өкінбеңіз.

Жекірмеңіз,

Біздерге жекірмеңіз,

Жекірмеңіз!

Босағасын паналап талайлардың,

Талайлардың басынан секіргеміз.

Себебі, жетімдерміз!

Өкінбеңіз, біздерге жекірмеңіз.

Біздер – жетімдерміз!!!

Өмірге келу де егіз, кету де егіз.

Сүреңсіз өтуде жаз, өтуде күз.

Жалғанда өлім бар да – жетімдер бар

Сондықтан мәңгілікке бекінгеміз.

Біздер – жетімдерміз!

Ұрылар да емеспіз, қарылар да!

Қарғыс таңба біздерден арылар ма?!

Жылынамыз бір ауыз жақсы сөзге,

Қарғыс аяз біздерді қарығанда.

Жасамаймыз қиянат жаны барға.

Жаны бар жан, бірақ та табылар ма?

Жетім көңіл жақсыға жарыған ба?!

Біздер – жетімдерміз!

Жетімдерміз!

Жетім болып жүріп-ақ жетілгеміз:

Дөңгелек жердің шарын допша қуып,

Мазасын тіршіліктің кетіргеміз.

Тіршілікте біреуін біреу күндер,

Бізге жат – өлі кімдер,

Тірі кімдер...

Жиылып, Жер шарының жетімдері,

Алдында Ақиқаттың бірігіңдер!

 

La voix des orphelins

Nous sommes

Orphelins,

Oui, orphelins !

Dans la fournaise de l’été,

Pendant les neiges glaciales

De février,

Nous demandons

A ce monde cupide

De nous racheter,

Nous qui avons perdu la paix

De notre vie quotidienne.

Nous sommes orphelins !

Nous sommes orphelins !

Nous passons notre vie à changer

Le globe terrestre en ballon,

Nous ne mourrons pas en vain,

Ne nous plaignez pas,

Ne criez pas,

Ne criez pas sur nous,

Ne criez pas !

Faisant de chaque porche notre refuge,

Nous passions par-dessus la tête

De toutes sortes de gens (mêmes des odieux)

Parce que nous sommes orphelins,

Ne nous plaignez pas, ne criez pas

Sur nous,

Nous sommes orphelins !...

Si on naît par paires, c’est par paires qu’il faut quitter ce monde,

S’en vont l’été sans visage et l’automne impersonnel,

Si dans ce monde périssable existe la mort,

Existent aussi les orphelins,

C’est pour mourir que nous sommes sur cette terre

Depuis toujours !

Nous sommes orphelins !

Nous ne sommes pas des voleurs,

Encore moins des bandits !

Pourrons-nous enfin effacer la tache éternelle

De notre malédiction.

Quand le froid féroce brûlait nos peaux,

Un mot doux réchauffait nos cœurs.

Nous ne blessons nulle âme vivante autour de nous,

Mais est-il encore des hommes à l’âme vivante ?

Peut-elle être rassasiée de bien, notre espèce ?

Nous sommes orphelins,

Oui, orphelins !

Biens que nous nous soyons fait un nom, orphelins sans nom nous restons,

Poursuivant le globe terrestre comme un ballon,

Nous ne faisons que perturber le calme de la vie quotidienne ;

Sur notre vie quelqu’un trouvera toujours à redire.

Nous sommes étrangers à ceux qui sont morts

Et à ceux qui vivent…

Orphelins de toute la terre,

Unissez-vous

Et restez unis face à la Vérité !

Nous remercions Monsieur Moursal-Nabi Tuyakbaev, attaché culturel près l'Ambassade du Kazakhstan en France, pour son aide et ses précieux conseils. Ce post n'aurait pu exister sans cet infatigable promoteur de la culture de son pays.