Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

15/01/2011

Poètes d'Europe - Duska Vrhovac (Serbie)

Duska Vrhovac, poète, auteur, journaliste et traductrice, est née en 1947 à Banja Luka, ex-Yougoslavie. Elle est diplômée de la faculté de philologie de l'université de Belgrade. Elle a travaillé dans divers médias et avec des journaux importants. Elle a été auteur et rédactrice pour des émissions de radio et de télévision. Journaliste de profession, au plus haut niveau de qualification professionnelle, elle a quitté son travail à la RTS (radio-télévision serbe) et travaille comme auteur et journaliste indépendante. Elle habite à Belgrade, Serbie.

slika01.jpgDuska Vrhovac est membre de l'association des auteurs de Serbie (membre du conseil pour les relations internationales), de la fédération internationale des journalistes et de l'association des traducteurs littéraires de la Serbie, et est ambassadeur des poètes en Serbie pour Poetas del Mundo, Santiago du Chili.

Elle a édité 16 livres de poésie dont beaucoup dont ont été traduits, en partie ou entièrement, en 17 langues (anglais, français, italien, espagnol, allemand, russe, chinois…) et est considérée comme l’un des poètes contemporains les plus célèbres de Serbie. Elle est citée dans des anthologies consacrées aux meilleurs poètes du monde. Elle a reçu des récompenses importantes pour la poésie et l'insigne d'or « pour la générosité, le dévouement, la persévérance et les contributions créatives accompli dans son temps de travail pour faire connaître la culture des nationalités de la République de la Serbie. » Elle participe à de nombreuses réunions, festivals et événements littéraires, ainsi qu’à des conférences journalistiques et scientifiques en Serbie et à l’étranger.

Биографија

Душка Врховац, песник, писац, новинар и преводилац, рођенa је 1947. године у Бања Луци. Студирала је на Филолошком факултету Универзитета у Београду и дипломирала Општу књижевност и теорију књижевности. Радила је у разним медијима и сарађивала са најзначајним листовима у земљи. Била је аутор и уредник бројних телевизијских емисија и серија. Новинар по професији, на врхунцу професионалних квалификација напустила је посао у РТС (Радио телевизија Србије) и од тада ради као независни писац и новинар. Живи у Београду.

Душка Врховац је члан Удружења књижевника Србије, International Federation of Journalists, Удружења новинара Србије и Удружења књижевних преводилаца Србије. Амбасадор је Poetas del Mundo (Песници света) у Србији.

Објавила је 16 књига поезије, од којих су неке, делимично или у целини, преведене на 17 језика. (енглески, италијански, шпански, немачки, руски, француски, кинески...) и важи за једног од најзначајнијих савремених песника. Заступљена је у антологијама у земљи и у свету. Добитник је значајних награда за поезију и признања Златна значка, које додељује Културно-просветна заједница Србије, "за великодушност, посвећеност, истрајност и креативни допринос ширењу културе народа и народности Републике Србије". Учествовала је на бројним књижевним и новинарским скуповима и песничким фестивалима у земљи и иностранству.

 

3 poèmes traduits par Athanase Vantchev de Thracy

 

QUAND UN ENFANT MEURT

Pour Nikola

Quand un enfant meurt,

On a tort de pleurer !

Chaque sanglot,

Chaque larme

Sont bien trop lourds

Pour les entrailles

Où il s'est blotti.

Quand un enfant meurt,

Aucune étoile ne tombe,

Elle monte plus haut,

Monte toujours

Sur sa maudite

Voie étoilée.

 

КАД УМРЕ ДЕТЕ

Сину Николи

Кад умре дете

сузе су неумесне,

сваки вапај и грч

сувише су гласни

за утробу

у којој се гнездило.

Када умре дете

звезда не падне

већ узлети више,

узлети неповратно,

на свом уклетом

звезданом путу.

 

LE NÉANT

 

Le néant rachète son temps,

Du même tissu sont faits les langes et les linceuls.

Du même bois sont faits le berceau et le cercueil,

De la même pelote sont tissés le bonheur et le malheur,

Du même feu sont issus la flamme et la cendre,

Sous la même peau, multipliés à l’infini,

Se terrent la soif de vie et le désir de mort.

 

НИШТАВИЛО


Ништавило откуцава своје време.
Од истог платна пелене и покров.
Од истог дрвета колевка и ковчег.
Од исте пређе срећа и несрећа.
Од исте ватре плам и пепео.
У истој кожи бескрајно размножена
жеђ за животом и жудња за срмћу.

 

ISIDORA

 

Voilà cinquante ans, voilà cinquante étés

Que vous dormez ici, mon Isidora,

Tricotant les rayons de lune au cimetière de Topčider,

Vos bras pleins de pluies,

Votre visage couvert de poignées de terre,

Entouré d’essaims de vers luisants,

Miroitant gardiens de la lumière crucifiée.

 

Vous gisez toujours, seule, rêvant

D'une chambre blanche et d’un lit

Trop large pour votre corps,

Trop étroit pour vos désirs ardents.

 

Je vous rends souvent visite en ce lieu

Afin de vous témoigner, de loin, mon respect,

Sans déranger les ailes de l’hirondelle

Perchée sur votre épaule.

 

C’est la fin de l’après-midi,

Le temps

Où nous chancelons d’épuisement

Et rendons l'âme.

 

Je vous vois passer

Sur le dallage en pierre

En bas du chemin sinueux

Du dernier rayon de lumière.

 

Un instant, comme par hasard,

Vous vous retournez et jetez un coup d'œil en arrière :

Les Serbes n'aiment pas les femmes intelligentes.

Ils les respectent, mais ne les aiment pas.

 

Voilà cinquante ans, voilà cinquante étés,

Que vous reposez ici, mon Isidora,

Tricotant les rayons de lune au cimetière de Topčider,

Vos compagnons de voyage

Traversent la chambre où j'écris

Pour toucher mon front d'une main froide,

Et s’arrêtent pour gribouiller, sur la même ordonnance,

Leur remède pour la fièvre, leur poison pour l'âme.

 

ИСИДОРА

 

Педесет лета, моја Исидора,

плетеш месечину на Топчидерском гробљу.

Наручје пуно кише,

прегршт земље на лицу.

Јато свитаца около,

светлосни стражари разапети трепере.

 

Још сама,

сањаш белу собу и кревет

простран за тело

и тесан за чежњу.

 

Навраћам често,

из прикрајка да ти се јавим,

да не узнемирим ластино крило

на твом рамену.

 

Касно је поподне

и данас,

време када се посустаје

и престаје.

 

Видим те,

низ калдрму

кривудавом стазом

последњег зрачка силазиш.

 

Кратко, као узгред,

осврнеш се:

Срби не воле паметне жене.

Поштују, али не воле.

 

Педесет лета, моја Исидора,

плетеш месечину на Топчидерском гробљу,

а кроз моју собу твоји сапутници,*

хладном руком чело дотичу,

на истом рецепту

лек за врућицу и отров за душу остављају.


Pour en savoir plus :
http://www.duskavrhovac.com/

Les commentaires sont fermés.