Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe II-015

... Tous se mirent en route en direction des autels. Le roi déchu, sûr de retrouver d'ici peu son trône, et son prêtre, rongé par l'amertume d'avoir été victime d'une supercherie ou d'un maléfice, regardaient avec hargne la nuque de l'usurpateur. Ils la voyaient déjà brisée par la corde vengeresse. Le faux roi se sentait croître une sourde inquiétude, mais l’espoir le soutenait. Lorsque il reproduirait le miracle du jour où les dieux l'avaient élevé à la puissance, la réminiscence de son caractère sacré, à nouveau proclamé, préviendrait en sa faveur. Seul l'oracle était calme. Il serait bientôt payé en dons somptueux. Sa certitude de l'emporter contre le profanateur l'incitait à y rêver plutôt qu'à s'en prendre à celui dont il allait rabattre la superbe.
... Ils arrivèrent. Une matrone se précipita vers eux, un enfant bien gras et aux lèvres vermeilles dans les bras. Le prêtre se rengorgea : « C'est mon fils ! ». L'usurpateur sauta de son cheval pour le saisir.
« Arrête ! » Les voix de l'oracle, du prêtre et du roi avaient retenti à l'unisson. Il suspendit son geste. Tant pis, il ferait parler quelqu'un ou quelque chose d'autre. Pourquoi pas l'autel où le première caste sacrifiait aux dieux du serment et du châtiment du parjure. Sacrilège énorme... nécessaire ! Le risque en valait la peine. Qui oserait parler après la plus haute déité ?
... D'une démarche glissante, il s'en rapprocha. Il devait en être tout près, que sa fourberie soit efficace. Un pas, un autre, il y arriverait. Il y jetait des regards anxieux. Il en lança un de trop. L'oracle l'intercepta. Il se précipita sans perdre un instant. Soudain s'éleva de la pierre sacré une voix curieuse, mais très pure, avec les nasales du langage de la plus haute caste.
« Usurpateur à la semence maudite, n'approche point de notre autel de vérité ! »
... Démasqué, le faux roi hurla et expliqua le truc de l'oracle. Il ne se laissa pas démonter pour si peu. L'autel continua ses révélations.
« Écoutez-le, il vient d'avouer ! Il a imité la voix des dieux. Il avait déjà tenté de parler par notre bouche, mais, rejeté, avait fait passer ce maléfice par celle d'un enfant. Pendez-le que son âme ne s'échappe de son corps et reste à jamais avec sa charogne ! »
« Devrai-je sacrifier mon fils pour avoir été le truchement des démons ? »
... L'oracle admira la piété du prêtre. Il était prêt à faire mourir son enfant pour laver le crime dont il avait été l'innocent complice.
« Pour avoir été leur victime, ton fils en sera un grand chasseur. Laisse-le vivre, au contraire, et apprends-lui le malheur dont il a été cause un moment. Nul ne saura mieux lutter contre ceux qui tentent de tromper les hommes par la sorcellerie. »
... La fin de cette aventure, vous la devinez. Le vrai roi fut rétabli sur son trône, le faux pendu et son corps livré aux bêtes. Quant à cette histoire, tous ses protagonistes firent serment, sur l'autel même où avait éclaté la vérité, de la taire. Ce secret ne se partage qu'entre oracles. Nous ne l’avons évoqué devant vous qu’à cause du péril qui menace.

Les commentaires sont fermés.