Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe II-012

Plus étrange, et plus admirable, il y eut dans les terres de l'est, fief du premier roi de ce temps, un prodige à défier l'imagination. Le fils nouveau-né d'un bhlaghmen, le jour de sa présentation, parla : Le mignon du roi des rois mènerait les guerriers du prochain Printemps Sacré à la conquête des nouveaux fiefs, et le porteur de lin qui le tenait dans ses bras serait premier prêtre des Jumeaux de la Nature. Le bruit en courut, bien vite, dans tout Aryana, au grand dam des porteurs de lin – Ils savaient les sentiments du roi des rois et de ses amis à leur encontre –, et en particulier du titulaire du sanctuaire des Jumeaux de la Fécondité (dieux subalternes, peut-être, mais assurant à leur premier prêtre bijoux, venaison, fruits et grains en abondance). Ils se réunirent. Ce nouvel oracle était aussi mensonger que les précédents... Ils n'osaient l'exprimer. Il sortait d'une bouche trop noble. Quel malheur pourtant si cet homme était l’élu du Signe ! Il leur était encore plus hostile que celui qui régnait, et une telle désignation lui garantissait de lui succéder.

Ils réfléchirent deux longs jours. Non, ce prodige n'était, ne devait pas être le Signe. Comment en prouver l’imposture ? Le grand Oracle restait silencieux et prostré. Il fouillait dans ses souvenirs à la recherche d’un cas semblable. Oui, un tel cas avait existé, une forgerie outrée, manifeste. Il le voyait, mais derrière ces maudites brumes de sénilité, obscurcissant sa mémoire, qu’il ne pouvait disperser. Le vent de ses efforts ne suffisait pas. Il changea de direction. Auquel de ses élèves en avait-il parlé ? Il fit appeler Reggnotis. Il avait pensé qu'un signe désignerait le prochain porteur des insignes conquérants d'Aryana. À lui de percer la tricherie.
Il vint et écouta. Il avait déjà eu, au travers des rumeurs, l'occasion de se faire une idée. Ce qu'il entendait lui donna une violente volonté de mettre fin à cette usurpation et à ce sacrilège. La désignation du conquérant de l'ouest était un peu son affaire. Il ne supportait pas qu'un ennemi des prêtres y prétende. Pouvait-on le laisser réfléchir en paix ? La situation lui disait quelque chose. Un vague souvenir, une lointaine réminiscence. Il se tourna, au bout d'un temps infini, vers le grand Oracle.

Les commentaires sont fermés.