Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/05/2009

AUBE, la saga de l'Europe II-009

Il était arrivé. Comme le voulait la loi, il n'avait encore rien révélé (il fallait attendre la grande réunion des oracles), mais ses façons avaient parlé. Il respirait trop la certitude de soi, l'arrogance, la volonté de triompher. Nul ne doutait, au sein du corps de ceux qui reçoivent les paroles divines, que les puissances d'en haut lui avaient dévoilé les secrets les plus suaves et les plus grands. Elles lui avaient découvert des révélations dont nul avant lui n'avait été favorisé.
Il pouvait à bon droit parader. Fort de ses deux visions, certain, aux mimiques tristes et aux faces moroses, d'avoir été seul distingué, il pèserait par ses paroles sur les événements et marquerait son peuple de son empreinte. Et dans les jours suivants, et dans le futur, de plus en plus à mesure que son rôle et son rang augmenteraient, il imprimerait sa volonté – celle des dieux, plutôt, mais puisqu'elles se rencontraient – sur sa vie, son histoire, sa destinée. Pour sa seconde vision, qu'il révélerait d'abord, il serait écouté et applaudi à tout rompre. Alors, sûr d'être suivi, il dévoilerait la première, celle qui lui avait donné la prémonition d'une immense sécheresse à venir, à quoi on n’échapperait qu'en fuyant. Cette révélation tragique, venant après une heureuse, ferait accepter, en dépit de certains oracles trop enclins à faire la volonté des chefs de guerre, la décision qu'il voulait voir adoptée : la ruée des meilleurs d'Aryana – les plus jeunes et les plus fortes têtes, mais qu'il qualifierait ainsi afin qu'ils se sentent flattés –, vers les terres du nord-ouest, loin au-delà des lacs, des marais et du fleuve délimitant le territoire-père.
Leur grande réunion n'allait plus tarder. On attendait les derniers. Jour après jour en arrivaient de nouveaux. Il les observait. Sa joie s'augmentait chaque fois. Tous avaient l'air sombre, comme s'ils avaient appris quelque malheur, ou parce que c'était leur visage habituel et que rien de plaisant n'était venu l'éclairer ou le dérider. Un oracle riait peu, comme s'il avait toujours la prémonition de quelque événement fatal. À force de scruter l'avenir, ils rencontraient toujours la mort. Ce n'est pas fait pour donner un joyeux caractère.
Ils étaient tous réunis, comme chaque année, pour confronter leurs visions et déterminer quel, ou quels, étaient les messages des puissances qui parlent dans les rêves ou se manifestent par des signes et prodiges. Les premiers à parler furent ceux restés à Kerdarya : les dieux leur avaient réitéré leurs avertissements. Il les connaissait par cœur. Il n'y prêta qu'une oreille distraite. Les dieux, pour ne pas changer, étaient irrités de l'impiété de leurs ouailles, et on n'avait jamais autant vu de la part de ces semi-sacrilèges un tel manque de déférence à leur égard, de tels refus d'obéissance à leurs suggestions, et surtout si peu de dons aux temples. Cette avarice entraînerait une diminution des sacrifices, partant de leur protection, mais ils auraient encore une fois pitié si les guerriers et les producteurs étaient plus généreux et honoraient mieux leurs représentants. Ils devaient en avertir leurs frères, et les persuader de revenir à de meilleurs sentiments.

Les commentaires sont fermés.