Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/04/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-013

... Il hurla. Il était sûr de n'avoir rien dit, et s’était pourtant entendu. La sorcellerie de son village recommençait. Mais au lieu de la bouche d'un enfant, les démons se servaient de la sienne. Il gémissait, se roulait par terre. Une sorte de folie l'avait saisi, aussi violente que la surprise des oracles. Il se calma enfin. Le jeune prêtre les rassura :
« Non, ce ne sont ni les dieux, ni les démons qui ont parlé par la bouche de cet homme... C'est moi, comme son usurpateur a parlé par la bouche du jeune bhlaghmen. »
... Et il leur démontra son talent. Il pouvait parler bouche fermée, et faire croire, s'il y avait quelqu'un à son côté et s'il attirait l'attention sur lui, que ses paroles en venaient. Il n'avait pas été difficile au rusé usurpateur, tenant le bébé dans ses bras, d'abuser la foule des siens de la même façon. Il se faisait fort de rendre la laine de son agneau à celui qui avait monté ce coup...
... Le plaignant tomba à ses genoux, lui renouvela son serment de lui donner la moitié de ses biens, et nous demanda vengeance. Le lendemain, une petite troupe partit, à sa tête le roi déchu et l'oracle qui faisait parler hommes, bêtes et choses. Bien vite (Aryana était en ces temps moins étendu), ils arrivèrent chez lui...
... Quand elle arriva, le faux roi était vautré dans ses débauches fangeuses. Tout autre eût été saisi d'effroi, mais son usurpation l'avait rendu si éhonté qu'il ne doutait pas de triompher des vengeurs de la loi. Son fol orgueil lui faisait croire qu'il était le seul à posséder son don, reçu des puissances mauvaises. Il n'imaginait pas que quelqu'un d'autre en ait pu être favorisé par les dieux...
... Il vint au devant de son roi, le seul légitime. Celui-ci était disposé, tant il avait peur de la sorcellerie, à le laisser partir très loin s'il renonçait à sa position. Il ne l'entendit pas de cette oreille. Les dieux lui avaient confié le trône, pas question qu'il y renonce. Il allait d'ailleurs leur demander de juger. Nul doute qu'irrités par l'insistance de celui qu'ils avaient récusé, ils exigeraient sa mort...
... Le vrai roi et l'oracle échangèrent un clin d'œil. Plus d'exil pour l'usurpateur. Les dieux voudraient sa mort. Tant pis pour lui. Prêtre contre sorcier, le sorcier serait vaincu. L'oracle dit à celui pour qui il luttait de n'éprouver aucune crainte. Le corps du sacrilège se balancerait bientôt sous l'arbre aux pendus...

Les commentaires sont fermés.