Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-006

Bercé par ces rêves et ce riant, même si lointain, avenir, il dormit jusqu'au milieu de la matinée. Il ne dirait rien de ses espoirs, qu’ils ne soient devenus certitude, à ses hôtes. Il ne les oubliait pas. Il dévoilerait ses visions et son oracle à ses pairs ; ils entreraient dans ses vues ; ils le diraient grand prophète et grand voyant. Alors il reviendrait les saluer et les honorer. Trop de signes, s'ajoutant, se formaient en une masse critique. Ses révélations donneraient le coup de pouce nécessaire. Nul ne douterait plus qu'un jour nouveau arrivait, dépendant de la volonté des dieux et des paroles des prêtres. Ce présage venait à point nommé pour appuyer le simple bon sens. Il en faisait un devoir sacré, à quoi se dérober serait sacrilège.
Il se réveilla. Il avait un fort mal de tête. Pas étonnant ! Les dieux avaient hurlé dans son crâne. Il se leva et revêtit son habit de voyage, nouant à la va-vite ses lanières. Tout dansait devant ses yeux. Il en savait assez pour repartir sans délai. Il resterait partager le repas du prêtre. Les migraines cessent plus vite ventre plein.
Il sortit. Le prêtre l'attendait, anxieux. Il lui parla de ses visions, semblables en tous points à sa description de la veille. On ne l’avait pas dérangé pour rien, même s'il ne pouvait en dire plus. Il se rengorgea. Son initiative serait au moins, même sans suite, une source de prestige accru parmi les siens. Mais si après son appel, des choses (ce flou cachait la taille de ses espérances) se décidaient, il serait convié aux sanctuaires de son peuple pour y être intronisé dans le corps des voyants et prophètes. Un rare, et grand, honneur. Ils étaient respectés entre tous ceux de sa caste pour révéler les voies indiquées par les dieux pour favoriser leur peuple.
Pendant qu’ils discutaient, joie et espoir mal contenus, un jeune garçon vint les déranger. On allait mettre le corps du bébé retrouvé le matin sur la place du village dans un enclos sûr, en attendant de l'emporter là où les chiens n'iraient pas le déterrer pour le ramener en faire leur festin. Le prêtre approuva. Reggnotis s'enquit, plus poli que curieux, de l'incident. Il apprit les événements de la nuit et comment, à leur réveil, ils avaient retrouvé le corps quasi intact du bébé que les mâtins s'étaient disputé. Ils l'avaient aussitôt appelé et, après un rituel destiné à éloigner les démons qui font mourir les enfants avant terme, l'avaient déposé sur les pointes d'une fourche pour le jeter au loin. Chacun s'était trouvé une activité pressante pour ne pas se charger de cette corvée.
Le prêtre s'excusa. Il l'avait ennuyé avec cette histoire sordide. Dès son départ, il irait exposer le cadavre dans le bois là-bas au midi. Il abritait assez de fauves qui l’auraient vite dévoré, et bon débarras. Qui sait s'il n'y avait pas un signe funeste dans son retour au village qui l'avait exilé ? On avait détourné les démons de la mort ce matin, mais s'il fallait lancer les mêmes formules d'exécration plusieurs jours de suite ? Elles s'affaibliraient à n’être plus que des mots.
Depuis longtemps, Reggnotis ne l’écoutait plus. Ses paroles ne lui parvenaient plus que comme un murmure indistinct... qui s’arrêta enfin.

Les commentaires sont fermés.