Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, II-003

Tout était différent aujourd'hui. La chance tant espérée était là. Il était concentré, à oublier le monde, pour recevoir l'appel des dieux. Il ressentait tout ce qu'il lui avait décrit, avec force exclamations et éloquente emphase. À la différence des autres, il avait attendu longtemps avant de faire venir un augure. Il avait interrogé, contre interrogé, tous ceux qui avaient prétendu être, comme lui, favorisés d'une vision. Il l’avait reconnue dans leurs descriptions. Elle revenait, sporadique, toujours aussi précise et également distribuée, pour peu qu'on dorme dans un certain endroit. Violente, elle mettait à la bouche un goût de métal. Nul n'en sortait intact, tête serrée, corps desséché, toute la matinée suivante.
Il l’avait écouté, attentif. Il retrouvait tout : bouffées de chaleur, impression de baigner au sein d'une fournaise, oppression, flammèches, et toujours, signe étonnant, aucune sueur. Tout y était, au détail près. La véracité absolue du récit de son hôte lui apparut à une circonstance que même le plus ingénieux affabulateur n'aurait pu inventer. Les poils de son torse s'allongeaient et se vrillaient en tortillons, s'emmêlant en une jungle inextricable et proliférante, jusqu'à donner à son poitrail l'aspect de celui du mange-miel. Il n'y avait que deux guerriers, tous les deux aussi velus que lui, à l’avoir ressenti, mais ils n'avaient, eux, rien su percevoir du message ainsi révélé. Pour lui, ce foisonnement avait été fécond. En même temps qu'ils croissaient sur sa poitrine, il se représentait les mousses sur le flanc exposé à la nuit des chênes s'étirant, se transformant en rameaux, en nouvelles branches, tandis que l'écorce du côté opposé se racornissait, se desséchait, se craquelait jusqu'à disparaître et à faire ressembler le tronc nu à une chair couverte d'escarres. Feu, sueur, foisonnement : le message divin était limpide
Tous les signes avaient pris un sens bien précis. Un sens qui rejoignait ses intuitions, ses impressions, sa vision de l'avenir. Il était arrivé à une conclusion irréfutable. Son parcours avait été tout de logique, d'une logique au service du vouloir des dieux. Ce n'était pas son affaire. Sa clairvoyance venait non d’une lente réflexion, mais de ce que les divinités lui avaient tout montré, tout expliqué.
Cet avertissement divin et l'avenir qu'il souhaitait concordaient en tous points. Ça n'avait rien pour l'étonner. Il en avait reçu d'autres auparavant. Honte sur lui d'avoir failli à les identifier, prenant pour fantaisie ce qui était appel. Fallait-il que ceux d’en-haut souhaitent son élévation pour être si explicites et ne s'en être point détournés devant son incompétence ! Il ne négligerait plus leur message. Au matin, il partirait pour Kerdarya. Ce qu'il avait à dire était trop important. Ses révélations ne subiraient aucun retard.
Il avait cette nuit senti l'imminence d'une sécheresse qui dévasterait tout le midi, et la nécessité de migrer au pays des arbres moussus, où son peuple proliférerait et s'épanouirait. Depuis un moment, ses voyages l’avaient instruit que le climat évoluait. Cette vision venait couronner un intense travail de déduction, en était le point culminant. Jamais il ne l'admettrait. Les dieux seuls, non sa science, avaient inspiré sa prophétie.

Les commentaires sont fermés.