Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/03/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, I-141

Il fut rassuré sur les sentiments de son patriarche. Il ne les avait pas reniés. Il s'enquit du sujet de ses réflexions.
– Ah, tu penses à ton enfant ! ... Tu espères que ce sera un garçon !
– J'en suis sûr (Était-ce pour se rassurer, ou avait-il une certitude, à coup sûr d'origine divine ? ). J'ai fait les sacrifices, accompli les rites et les oblations, versé les trois liqueurs sur les feux sacrés. J'ai déjà sacrifié un bélier à Wulkanos, et promis à Pewor et Egnis les dieux-feu de leur en offrir un autre, en sanglant hommage, s'ils me donnaient un fils. Ils me savent de parole. Pourquoi refuseraient-ils un nouveau fidèle ? J'ai mis toutes les chances de mon côté. La mère est la seule fille, et la dernière-née, d'une famille de huit enfants. Tout indique, et laisse espérer, que j'aurai enfin un enfant mâle... Il le faut, sinon je serai obligé d'en faire un à une servante, et de l'adopter... Ça ne me sourirait pas du tout.
– Tu ne vas pas faire ça ! Ta famille est d'une lignée sans fin de forgerons, depuis que le métal existe. Ça fait plus de générations qu'un homme n'en saurait compter, et même concevoir. Aucun de nous n'ira te reprocher ton élévation. Elle nous fait plaisir, au contraire. Elle présage la nôtre, qui viendra bientôt, comme tu nous l'avais prédit quand nous en doutions tous. Adopter un fils fait à une servante serait déchoir. Il doit être issu de deux irréprochables lignées d'hommes du métal. Ce sera le cas si ton épouse accouche d'un garçon. Nous aussi, nous avons sacrifié pour que tu connaisses ce bonheur. Si tu fais porter ton fils à une sans-caste, et même si, de par nos lois, il appartient à la caste de son père, chacun saura où il a germé. Les satiristes en parleront. Il souffrira de cette part mauvaise toute sa vie. Aucun respect pour lui, surtout parmi les neres dont il sera. Non, cela ne sera pas. Je sacrifierai aux dieux d'un nouveau bélier, si tu as un fils.
– Merci, frère ! Que pour ce geste de grande piété et d'amitié, Wulkanos favorise ta forge et donne sa vigueur aux armes que tu y ouvres.
– As-tu trouvé des captifs pour nous aider ?
– Pas des quantités. Il y en a une petite dizaine qui feraient l'affaire.
Ils s'arrêtèrent un instant. Les Muets entravés arrivaient à leur hauteur. Pewortor lui en désigna quelques-uns, à mesure qu'ils passaient.
– Que penses-tu du grand sec, là-bas ? Il ne paie pas de mine, mais on dirait ses muscles de pur métal. Et le petit râblé, là ? Il ne serait pas mal non plus ! Oh, celui-là, il nous le faut. Le brun, plus loin, avec son nez épaté. Regarde-moi ce torse de mange-miel, et ces bras comme des cuisses ! D'accord, il est un peu court sur pattes, mais il fera un aide remarquable.
– Il faudrait que ton fils soit bâti comme lui... Enfin, pour le haut. Il est trop bas du cul.
– S'il est comme ses père et mère, il sera un roc. Pour ça, je ne m'inquiète pas, va !

Les commentaires sont fermés.