Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/02/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, I-124

Les deux taureaux avaient été choisis, le prêtre en convint, avec le plus grand respect pour son vœu. L’un était blanc avec une grande tache noire sur le dos et le flanc droit ; le second, roux et blanc, aussi massif de poitrail que l'autre était un robuste culard. Chacun, dans sa morphologie, était magnifique. Ils n'avaient pourtant, avec leur poids réduit, rien à voir avec leurs cousins les farouches aurochs. Les guerriers comptaient les superbes bovins sauvages au nombre des leurs. Mourir à leur chasse était considéré à l'égal de la mort au combat. À côté de ces ennemis âpres à la lutte, les plus beaux taureaux leur inspiraient le même dédain que les troisième caste, voire les serviteurs. Il n'empêchait que c'était un splendide cadeau pour l'hospitalité, un non moins splendide sacrifice.
La cérémonie n'avait pas encore commencé. Les villageois ne songeaient qu'à sa fin, la distribution des viandes sacrifiées. Ils en voulaient tout. Pourvu qu'après avoir dédié aux dieux leur cervelle et leurs viscères, le célébrant s'en tienne là ! Son zèle pouvait le pousser à leur offrir encore quelques côtes savoureuses afin de les mettre dans les dispositions les plus favorables. Quel besoin en avaient-ils ? Les Muets tombés sous le glaive les avaient assez gavés. Ils se satisferaient des abats, laissant à leurs fidèles alléchés la troisième part, la chair des hosties.
Le parfum de viande grillée flattait déjà leurs narines. Leur ripaille serait franche et ample. Ils en salivaient. Les hommes de Kleworegs, enthousiastes, édifiaient le bûcher avec une rare rapidité. Sa taille était un sûr indice. Le sacrifice finirait par un festin à s'en fendre la panse.
La pile de bois devant l'autel fut bientôt prête. Jamais ils ne l'auraient imaginée aussi imposante, propre à brûler jusqu'à l'os deux bœufs entiers. Le prêtre amena les deux bêtes. Plus paysans que guerriers, ils les admirèrent en connaisseurs. Ils commentèrent leurs qualités respectives. Quel banquet les attendait ! Ils se frottaient le ventre. Ils se le rempliraient à en éclater ou à rouler, ronds comme des calebasses, pour dormir des heures et des heures. Quelques curieux s'interrogèrent. S'il ne s'agissait que de griller la viande, pourquoi un tel amas, fait pour un troupeau entier ? Questions et hypothèses oiseuses ! Il témoignait de la prodigalité du clan fêté. Un grand bûcher est toujours bon signe.
Comme la fête de la moisson et de la bière, l'oblation des dons d'hospitalité était ouverte à tous, sans distinction de naissance et de sexe. Tous étaient là. Les hôtes avaient tous appris, soit des lèvres même du mort, soit de bouche à oreille, l'histoire des héros humiliés. Ils étaient outrés, lois de l'hospitalité ou pas, de sacrifier de deux taureaux superbes. Renseignés par des initiés, ils s'étaient calmés. Ils attendaient avec impatience ce que ferait leur prêtre.

Les commentaires sont fermés.