Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, I-100

La diversion, et le transfert du grabataire, devaient se déroulèrent à l’insu des Loutres. Kleworegs avait gratté là où ça démangeait. Leur roi et ses guerriers s’interrogeaient. Ceux du Cheval ailé avaient-ils remarqué leur gène de la veille ? Si jamais, ils la leur feraient oublier. Montrer où avait eu lieu le combat avec les loups, leur seul exploit depuis des lustres, y contribuerait. Ils s’y appliqueraient tous.
Ils accueillirent sa demande avec enthousiasme. Il n’en manqua pas un pour l’accompagner. Tous firent de longs récits qui les occupèrent la journée entière. Les loups y prenaient des allures de monstres. Les battues y devenaient des actions dignes des épopées célébrant Sek le chasseur. Kleworegs et les siens n’étaient guère amis de la vantardise. Ils n’en montrèrent rien. Elle servait trop bien leurs projets. Au contraire, ils l’encouragèrent. Leurs hôtes savaient raconter. Autant goûter le miel de leur beau récit et oublier l’absinthe de leur fausse parole.

Ceux chargés de s’occuper du guerrier partirent, en compagnie de la vieille, vers sa hutte. L’unique rue du village était vide. Le seul risque d’être remarqué serait une sortie inopinée. Medhwedmartor avait trouvé moyen d’y parer. Il avait interrogé la femme. Il avait pris leur vêtement le plus criard et l’avait passé sur le dos de l’homme dont l’aspect était le plus proche de celui de l’invalide. Si on l’apercevait, on ne se souviendrait que d’une silhouette et d’une tunique.
Ils arrivèrent devant la cahute. Elle se pencha, chuchota vers une forme visible d’elle seule. Elle était de retour avec les gens de Kleworegs. Ils étaient prêts à le soutenir, voire le porter, jusqu’à la maison d’hôtes. Le grabataire l'invita à entrer avec l'un d'eux. Medhwedmartor envoya le guerrier à la tunique voyante. Il savait quoi faire.
Il ne perdit pas un instant. Il ne salua l’estropié que d'un vague signe de tête, invisible dans la pénombre du taudis. D’emblée, il lui dit leur plan. L’homme se redressa, prêt à se revêtir de la défroque. Il l’ôta et la lui tendit. Pourvu qu’elle ait bien estimé leurs corpulences respectives ! Hasard ou savoir, on l'aurait crue taillée pour lui. Ce petit signe amical de Bhagos laissait présager des révélations pleines d’intérêt.

Les commentaires sont fermés.