Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/02/2009

AUBE, la Saga de l'Europe, I-135

– Vois-tu, Bhagos me révèle l'avenir de chaque nouveau-né à sa naissance, ou pendant la grossesse de sa mère. S'il ne tenait qu'à moi, j'appellerais chacun : infinie sagesse, haute gloire, grande richesse. Mais quand je nomme l'enfant, le Borgne ourdisseur du destin m'a déjà révélé ce qui l'attend. Que puis-je faire alors ? Au mieux, lui donner un nom destiné à atténuer un peu les peines de sa vie... guère plus. Imagine que mes songes m'aient annoncé que le bébé qui repose devant moi, dans son berceau, va mener une vie triste et morne, et mourir pauvre et sans gloire. Si je l'appelle « Ton nom sera grand » , il n'en aura pas un grain de bonheur ou d'éclat en plus. Ça ne l'aidera en rien. Pire, on rira de lui. Plus grave encore, et capable de saper nos bases si nous sommes nombreux à agir ainsi, on doutera des dieux et de leurs serviteurs. Qu'adviendra-t-il si l'on cesse de croire en Bhagos, le distributeur, qui préside au hasard des naissances et décide de l'avenir de chacun ? Les producteurs se demanderont pourquoi ils sont nés inférieurs. Ils mettront en cause le destin qui t'a fait guerrier, qui m'a fait prêtre, qui les a faits paysans, et qui a fait de ceux-là (Il se retourna et désigna les Muets.) nos captifs. Ils voudront en bouleverser l'ordre. Ils se révolteront.

– Ça, jamais !

– Oui, nous pourrons compter sur vous, si ce malheur arrivait. Ce ne sera pas pour cette génération, ni la prochaine, ni après. Ce sera peut-être pour le ciel rouge des dieux, avec la même horreur sur terre et dans les cieux.

– ... Revenons aux Muets. Ces gens-là ont des dieux, comme nous. Un de leurs chefs, que j'ai tué en combat singulier avec ma bonne lame, portait le nom de « Toujours victorieux » . Ça ne lui a pourtant pas porté chance. Cependant, vous, prêtres, nous parlez souvent de la puissance de leur magie, même si elle est mauvaise. Pourquoi ma victoire a-t-elle été aussi facile ?

– Toujours victorieux, dis-tu ? Tu sais le langage des Muets ?

Oh, juste quelques mots. J'ai voulu savoir ce que nos captifs complotaient derrière notre dos. La meilleure façon, c'était d'apprendre les rudiments de leur parler. C'est comme ça que je connais cette expression. Ils la ressortent à chaque instant dans leurs chansons et leurs récits... Ils ont bien le droit de rêver. Je sais aussi dire : « Je suis » et « Il est mort » dans leur patois sauvage. Quand ce chef s'est approché de moi et m'a crié, en manière de défi : « Je suis toujours victorieux ! » , j'ai cru à une de leurs absurdes vantardises habituelles. Mais quand il s'est abattu, gorge tranchée, ses compagnons, rendant les armes, ont gémi et crié : « Toujours victorieux est mort ! » . J'ai compris. C'était son nom... À propos, tu ne m'as toujours pas expliqué pourquoi, en dépit d'un patronyme aussi ronflant, il a été défait.

– Tu me déçois, Kleworeg ! Ne l'as-tu pas déjà deviné ?

Les commentaires sont fermés.