Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/12/2007

AUBE, la saga de l'Europe, 95

Le parallèle était évident. Elle le reconnut comme toutes les victimes de la griffe, du croc ou du glaive, et les témoins de leur malheur. Seuls parfois des paysans s’étonnaient qu’on ne puisse récolter du minerai après chaque labour, où la terre est griffée par les houes et les araires. Il y avait toujours eu réponse. Il leur avait représenté le monde infini et leurs sillons infimes. Ils étaient chaque fois repartis tête basse, honteux de l’avoir formulée, plus encore d’avoir été incapables d’y répondre.
Il n’en dit pas plus. Il ne lui avait confié que ce qu’il voulait laisser connaître. Cela suffirait. Même s’il avait été plus prolixe, elle ne s'en serait pas sentie plus sage. Il y avait ce qu’il lui avait dit, et les secrets qu’il échangeait avec ses compagnons. Il y avait un abîme de l’un à l’autre. Qu’importe, pendant quelques jours, elle aurait aux yeux de ses amies l’aura de l’initiée à de redoutables mystères.
Contente de toutes ces explications écoutées bouche bée et avec ferveur, elle voulut le remercier et satisfaire sa curiosité. Toujours désireuse de découvrir la couleur de son interlocuteur, elle lui montra quelques couples qui se formaient à mesure que décroissaient les flammes. Il accepta l’invite, l’entraîna à l’écart, lui donna l’occasion de s’instruire. Ils n’étaient pas les seuls à agir ainsi. À entendre les cris et les gémissements retentissant par tous les coins sombres, cette fête d’équinoxe, dédiée aux moissons et à la fécondité, honorait surtout cette dernière. Elle tournait à l’orgie. C’était le sort commun à toutes ces festivités. On ne les appelait de plus en plus souvent que fêtes de la fécondité, tant les résultats en étaient probants en début de saison chaude. Ce n’était pas toujours aussi réussi pour les récoltes.
Le matin, de nombreux couples se réveillèrent et se découvrirent. Un pas de Sawel après, on eût dit que rien ne s’était passé. Les guerriers – les plus sensibles aux femmes, jambes coupées par une douce fatigue ; ceux qui avaient préféré les charmes du sommeil à ceux de l’étreinte, reposés – échangèrent leurs commentaires. Ceux qui avaient lutiné les villageoises racontaient leur nuit. Leurs appréciations volaient à croiser les taupes. Il est heureux que leurs partenaires, qui en faisaient l’objet, n’aient pas été là. Elles n’auraient guère été flattées en entendant les réflexions de leurs fugaces amants (peut-être en disaient-elles autant d’eux). Ceux qui avaient dormi jouaient des muscles, dispos, pleins de vigueur, mais vautrés. Les autres, vidés, installés tant mal que bien, continuaient à parler. Ils en rajoutaient. Kleworegs fut vite las de leurs prouesses.

Les commentaires sont fermés.