Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 80

... Les premiers bosquets avaient avalé ceux qui partaient quérir le métal. La poussière soulevée par leurs chevaux n’était pas retombée que j’annonçai de grandes chasses. Réussies, elles empêcheraient les miens, ne les voyant pas revenir (nous ne les attendions pas, au mieux, avant trois lunes), de succomber au désespoir. Le goût du gibier sur la langue étouffe l’amertume de l’attente et de l’inquiétude. Il fallait que ces traques soient fructueuses. J’autorisai les troisième caste à tendre leurs rets et collets dans nos garennes. Ils piégèrent à profusion lièvres et hérissons, dont nous prîmes la moitié, de quoi faire bombance un quartier. Ce n’était que des amuse-gueule. Le gros gibier seul est une proie digne d’un fils de Thonros. Mes hommes supporteraient le gruau s’il y avait, pour le relever de temps à autre, de cette délicieuse viande sauvage. J’avais sinon tout à craindre de leur haine et de leur mépris envers Kleworegs, le chien fou qui n’a pas tenu ses promesses. J’étais condamné, au nom des efforts et peines que j’en exigeais, à ne pas échouer...
... Je les réunis. Qu’ils se préparent ! Nous allions courir sus à nos proies favorites. Mange-miel bien gavés, à la graisse qui guérit tout, sangliers repus des fruits de l’automne, aurochs bien gras, auprès desquels nos vaches sont chèvres faméliques, tous à ne savoir qu’en faire, seraient de notre prochaine ripaille...
... Pour cette expédition, nul besoin de glaives. Mieux valait de lourds épieux à la pointe durcie. Ils sont, plus que les lames, l’arme idéale contre le gros gibier, la terreur de l’urus et du porc sauvage. Un quartier durant, une intense, fiévreuse activité régna autour de nos feux. Nous passions à la flamme de grosses branches épointées...
... Rien qu’à les tenir, mes guerriers avaient repris tout leur cœur. Avec eux, ils affronteraient, et vaincraient, les bêtes les plus farouches. Nouveau signe des dieux, nos éclaireurs nous signalèrent, non loin, un grand troupeau d’ures. La conjonction entre les efforts demandés, ma décision de lancer une grande battue pour avoir de quoi manger comme des guerriers cet hiver, et le passage de cette horde où nous allions cueillir nos victimes, prouvait la bienveillance de Bhagos à mon égard. Plus personne ne doutait. Le distributeur de toutes choses m’avait élu l’un de ses favoris. J'ordonnais, c’était lui qui parlait par ma bouche. Le bruit en courut par tout le wiks. Au bout de quelques jours, sans avoir encore montré ni mon aptitude au vrai combat, ni ma capacité ou mon art de mener les miens à la victoire, ils me louaient comme Kleworegs le pieux. C'était un signe. Seuls les rois maintes fois vainqueurs, preuve que les dieux les ont en grande estime et soutien, y ont droit...

Les commentaires sont fermés.