Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 83

... J’acceptai leur offre, et la fis proclamer partout. Tous les louèrent. Notre village enverrait enfin aux dieux, après tant d’années (on avait vite oublié la mort de mon père !) des guerriers tombés au combat. Ils nous soutiendraient auprès d’eux, et seraient exaucés. Nous aurions bientôt des ennemis nombreux et puissants à qui nous affronter, avec un butin à l’avenant. Notre moral était plus élevé, s’il est possible, que Soleil à midi...
.. Mes éclaireurs ne nous avaient pas trompés ni exagéré, suivant la coutume de certains chasseurs, l’importance du troupeau. Les énormes bovins formaient une horde dense comme un beau champ d’épis. La ponction que nous y ferions serait pour la troupe de ces monstres ce qu’une touffe d’herbe broutée est pour la steppe, une minuscule blessure qui se cicatrise en moins d’une saison...
... Nous en tuâmes assez pour passer un long hiver, au prix de deux morts. Deux de nos vieillards avaient vu des urus faire une brusque volte pour s’échapper. Ils s’étaient précipités devant eux, épieux pointés. Ils avaient été tous les deux éventrés et foulés à mort. Les géants cornus n’en étaient pas sortis indemnes. Nous n’eûmes qu’à les achever, tant ils y étaient allés de bon cœur. Eux n’étaient plus que charpie... Ces brutes montrent la plus violente fureur dans leur agonie. Nous les enterrâmes sur le lieu de leur exploit. Leurs cuirasses et de nombreux biens, récompense de ce haut fait, reposent dans notre cimetière des héros. Les autres anciens, qui avaient proposé de se sacrifier, enviaient leur sort. Le prêtre les consola. Ils n’avaient pas démérité. Thonros leur réservait un trépas encore plus noble. Le crurent-ils ? Ils le feignirent. J’ajoutai que le Seigneur des guerriers les avait laissé survivre afin que leurs derniers jours nous voient renouer avec la victoire et les beaux butins. Ils louèrent sa sagesse et reprirent bonne figure. Nous dépouillâmes et dépeçâmes toutes nos victimes. Nous découpâmes leur viande en fines lanières. Elle sécherait plus vite. Cette tâche nous occupa plus d’une lune. Avant la fin de la saison froide, nous disposions de nourriture et de cuir à foison...

Les commentaires sont fermés.