Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 76

... Mes compagnons, bien stylés, avaient pris l’allure, non pas craintive (je n’aurais jamais pu le leur demander), mais mal assurée, d’hommes écrasés par le renom de leurs antagonistes. Ceux-ci étaient tout bouffis de superbe. Leur défaite en serait un double plaisir...
... L’assaut fut bref. Mes champions arrachèrent très vite des mains de leurs adversaires déconfits et humiliés leurs glaives, l’un fort ébréché, l’autre brisé. Je désignai à nouveau deux sceptiques, connus eux aussi pour leur jactance. Ce deuxième engagement ne fut pas beaucoup plus long, avec le même résultat positif, plus une longue estafilade sur le bras d’un de mes opposants... Un des miens avait un compte à régler. Je fis semblant de n’en rien remarquer, mais il avait porté ce coup après avoir désarmé son adversaire...
... Il y eut au total cinq doubles duels, tous à l’avantage des mêmes. Je donnai alors, en dépit de leur évident désir de poursuivre, le signal de la fin des combats. Ma démonstration avait parlé assez haut. La défaite d’un d’entre eux ne devait pas venir en briser tout l’effet. La fatigue pouvait leur être fatale. Sans m’être battu, je sentais une douleur diffuse s’irradier dans mon bras levé. Il devait en être de même pour eux. Ils avaient beau être plus forts, plus endurcis, une défaillance pouvait survenir. Si cela était, la brèche ouverte dans les esprits sceptiques et méfiants se refermerait pour longtemps. Ils m’obéirent, quoique à regret. Ils baissèrent les armes. Brandissant toujours mon glaive, qui me pesait de plus en plus, bien haut, je jetai un long regard sur mes guerriers...

... Une métamorphose, il n’est pas d’autre mot. Des attitudes de fronde, d’incrédulité, de condescendance, au mieux de compassion, manifestées avant ces combats, plus rien ne restait. On me croyait, maintenant. Cette confiance pouvait être éphémère... Je devrais la justifier. Elle était, en cet instant, totale. L’assemblée était aussi enflammée par la fulgurance des combats qu’effrayée par l’aisance avec laquelle ceux qui utilisaient nos vieux glaives avaient été défaits. Elle avait percé le mystère de la victoire de mes champions. Cela lui ouvrait de nouveaux, et très larges, horizons...
... Devant cette attitude ouverte, je n’avais plus qu’à parler. Ils recevraient cette partie de mon discours avec autant de ferveur qu'ils avaient accueilli l’autre avec indifférence...

Les commentaires sont fermés.