Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 71

... Tu ne doutes pas de la nécessité des armes du meilleur bronze. Tu admets, je l’ai vu quand je te parlais, que l’étain et le cuivre sont indispensables à sa naissance... Mais tu doutes de moi. Avec ce peu de métal blanc, je forgerai pour toi les deux ou trois meilleurs glaives que tu aies jamais vus. Pour le nombre, cela dépendra du type d’arme que tu choisis... Tu verras ! »
« Seront-ils aussi beaux que celui du frère de mon père ? »
« Meilleurs ! Pewortor sait marteler l’airain pour lui donner une force et une solidité jamais atteinte. Fils, montre ton poignard ! »
... Il se dirigea vers une niche où il cachait ses biens. Il en sortit une petite arme, à la poignée très courte, à la lame très mince. La tenant par la pointe, il me la fit admirer. Soudain, il la fit sauter en l’air, la rattrapa par le manche, en donna un coup violent dans le mur de torchis. La lame y pénétra jusqu’à la garde. Lorsque, l’ayant retirée de la paroi, il la déposa dans ma main pour que je l’examine, elle était intacte, sans une brisure, ni la moindre éraflure...
« Ce poignard est son œuvre. Les deux, ou trois... Ah, tu préfères deux ! glaives que je vais ouvrer, puisque tel est ton désir, auront la même valeur. Nous nous y consacrerons, hors toute autre tâche. D’ici trois jours tu auras, en comptant celle de ton oncle, trois armes de héros. »
« Si c’était vrai ! »
« N’en doute pas ! Tu douterais des dieux. »

... La journée avait été bonne. Ils tiendraient leurs promesses. Bien plus que leurs serments, bien plus que leurs démonstrations, m’avait convaincu de voir Punesnizdos passer de son état de ver à la fierté, au bord de l’insulte quand j’avais douté de lui. Si je lui fournissais le métal blanc, il nous donnerait les moyens de vaincre. Fort de cette assurance, je refoulai mon impatience. Ces jours passèrent comme un rêve...
... Ce rêve ne fut exempt ni d’angoisse, ni d’interrogations. J’avais été tenté, après la récupération de l’arme de mon parent et ma facile victoire, de convoquer tous mes guerriers. Ils sauraient que le chemin du triomphe nous était à nouveau ouvert. J’en étais vite revenu. Et si mes forgerons, malgré leurs serments et ma certitude, n’aient jamais ouvré cette arme ! Je donnais un faux espoir et causais une déception atroce. Un seul glaive, fût-il le meilleur, n’assure pas la victoire. En sortant de chez eux, tant je me sentais assuré de leur capacité, j’avais à nouveau été près de céder à la tentation et de parler de ma grande espérance. Je gardai néanmoins le silence. Une vaine promesse, je perdais leur fragile confiance. Bien que leur roi, je n’avais aucun droit à l’erreur...

Les commentaires sont fermés.