Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 65

– Oui, je me bats bien. J'ai mes raisons. Ça remonte à mon enfance. À l'époque, mon père était roi. Chaque année, il partait à la tête d'un tout petit groupe, et revenait peu après avec quelques ballots de peaux de bièvres et de rares captifs pouilleux. Les enfants sont cruels envers la faiblesse et le malheur, mais nous n'osions, tant ils étaient pitoyables, accabler de quolibets ces malheureux. Les guerriers talochent ceux qui jettent boue et cailloux sur les vaincus accablés. Tu peux penser que cette crainte nous retenait. Détrompe-toi. Nous trouvions dérisoire de nous en moquer. Déjà nous avions honte, bien plus que pour eux, pour ceux qui les avaient pris...
... Malgré ses raids minables, il était très bon guerrier. Il entraînait ses hommes avec zèle, patience et efficacité. Tous ses élèves se battaient comme s'ils avaient été initiés aux armes par les compagnons de Thonros, voire Thonros lui-même. Il en faisait d'excellents combattants. La qualité de mes vétérans, formés par lui, le prouve. À chaque tournoi opposant les wikos à l'entour, nous étions, à armes égales, toujours vainqueurs.
– Alors, de quoi te plains-tu ?
– Je te l'ai dit, pourtant... Si tu as bien écouté mes derniers mots...
– Attends... Tes derniers mots ? « Toujours vainqueurs », ça ne doit pas être ça. « À armes égales », peut-être ? ui, le vice, c'est dans : « À armes égales ». J'ai pas raison ?
– Oui. Je t'explique. Nous avons deux genres de tournois, sans compter ceux qui font s'affronter les futurs guerriers, à mains nues ou avec des armes en bois. C'est eux que j'ai le plus de plaisir à regarder. Là, tout dépend de l'habileté. Ils durent et ne cessent que lorsqu'un adversaire a désarmé l'autre. On les dit de simples danses, mais ceux qui y excellent sauvent leur vie là où les autres périssent ou subissent les pires blessures. Pourquoi crois-tu que je suis encore là après treize campagnes ! ... Parlons des vrais tournois. L'un oppose des guerriers armés de lames tirées au sort ; l'autre des clans équipés des leurs, choisies en vue de ces assauts...
... Dans le premier, on se bat pour la beauté du geste et l’admiration des spectateurs. Ils sont tout prêts à acclamer les meilleurs, d’où qu’ils viennent. Chaque arme est marquée au signe d’un clan. On attache à leur poignée une longue lanière de cuir, puis on les dissimule sous une épaisse couche de paille. Chacun tire sur la lanière choisie, sans savoir sur quoi il va tomber. Bhagos lui donne, selon son humeur, un beau glaive dur et sonore, une arme aux qualités et faiblesses égales, ou un infâme morceau de métal mou et mal ouvré...

Les commentaires sont fermés.