Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/08/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 62

Insensée, oui ! Il avait beau y être arrivé, il avait perdu le sens pour avoir, si longtemps, cru y accéder par ses seules vertus. Il avait fallu un hasard inouï. Kleworegs arborait un air furieux. Pourquoi ? (Il l’apprendrait plus tard : Il comptait l’élever à ce rang tombé du ciel contre les secrets du métal. Pas étonnant qu’il soit sombre ! Cette initiative intempestive sapait à la base ses projets). Bhagos, par la bouche de ce patrouilleur, le lui conférait quand il avait toujours espéré le recevoir de Thonros.
(« Restons tout à notre joie, ne pensons à rien. C'était tramé depuis le premier ciel rouge. » )
(« Ner. » ) A l'oreille, il n'y avait – il en fut presque déçu, surtout choqué –, qu'une différence assez minime entre ce ner respectueux dont on l'honorait enfin et le familier wiro dont on l’avait toujours salué. Qu'importe ! Au cœur, la musique en était tout autre ! Le sien n'allait-il pas éclater ? C'était indéfinissable... Ce qu'éprouvent les malheureux longtemps privés de nourriture et de boisson quand une personne compatissante, mais ignorante, leur verse le contenu d'une outre entière entre les dents ou les gave de viandes riches et grasses. C'était une irruption de plaisir, forte, violente. Ça arrivait, impétueux comme fleuve en crue brisant les dérisoires retenues bâties par l'homme ou les bièvres. Dans l'ivresse de sa joie, dans son trop-plein de bonheur, qu'importait le sort de ses anciens frères de caste ? Oubliées ses éternelles revendications en faveur des siens !
Son élévation était-elle prémices de l'ascension de tous ceux de sa fonction, ou cette joie n'appartenait-elle qu'à lui ? La question n'était, alors, pas de mise. S'il ne concernait que lui, son honneur rejaillissait eux tous. Tout forgeron devait s'en réjouir. Chercher plus loin eût été argutie ou insulte.

Guerrier ! Pewortor nageait dans l'allégresse de sa haute promotion et flottait sur le nuage du plaisir né de son nouveau statut. Le patrouilleur, voix du conseil des rois à Kerdarya, sanctuaire et lieu le plus sacré d'Aryana, l'avait déjà oublié. Passant aux choses importantes, il s'était tourné vers Kleworegs et son premier prêtre.
– E, bhlaghmen, e, reg, pour avoir mené ce raid cent fois béni, où votre guerrier s'est emparé d'un signe si favorable – le Signe annoncé, à n'en guère douter – les dieux vous ont en grande amitié et soutien. Ta piété, prêtre, doit être bien grande, le fumet de tes sacrifices bien enivrant et de parfaite senteur, pour que les puissances divines en aient gratifié ton clan...

Les commentaires sont fermés.