Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/07/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 58

Il négligea ces derniers mots. Il était trop fâché, pire, humilié, de ce défaitisme. Il ne s'en cacha pas. Son ton criard, inhabituel, le trahissait.
– Nous non plus, nous n'avons rien eu au début. Mais nous avons chevauché, chevauché, jusqu'à trouver de forts partis de Muets. Ils avaient de grands troupeaux et de nombreux captifs. Nous les avons tous défaits, avons pris tous leurs biens, et ramenons tout ce que tu vois... Sans compter le plus beau, que tu ne vois pas. Il est dans les chariots. Nous l'avons récolté tout à la fin. Tu vois, ça marche, quand on combat jusqu'au dernier jour.
Pewortor se planta devant eux.
– C'est nous, les forgerons, qui l'avons capturé !
Le chef de la patrouille regarda le colosse. Il aurait bien voulu le toiser... Exercice difficile, qui perd toute efficacité quand on doit lever les yeux sur son antagoniste. Kleworegs préféra parer à la confrontation.
– J'espère ne plus être très loin de chez moi.
– Nous y sommes passés, le temps d'une très courte halte, il y a un quartier. On t'y attendait avec impatience, mais sans inquiétude. À croire qu'ils sont habitués à tes retours tardifs.
– Habitués, et heureux ! Plus je rentre tard, plus beau et riche mon butin... Tu as dit à un quartier. Pour nous, ça fera plus.
– Détrompe-toi, nous sommes allés au pas, et sommes passés saluer des rois.
– C'est possible, mais j'ai les captifs à ménager, et les bœufs ne vont pas aussi vite que les chevaux, même s'ils se fatiguent moins.
– Oh, des bœufs nous auraient rattrapés !
Devisant, ils remontèrent le long de la troupe. Kleworegs présentait les siens, commentant leurs exploits. Medhwedmartor les suivait de près, raide comme piquet. Le contraste entre son corps, toujours aussi grassouillet malgré les repas sautés, et son visage farouche, eût pu prêter à rire... Mais dans cette seconde vie, don de son roi en dépit de Bhagos, nul ne s'y risquerait sans s'en repentir. Personne ne s'en sentit d'humeur. Ils avaient plus intéressant à faire. Ils admiraient la longue théorie de captifs, de beaux bovins, de petits chevaux piaffants.
Pewortor chevauchait en tête au moment de la rencontre. Il avait préféré, pour éviter tout esclandre, retourner avec les siens. Ils étaient rassemblés auprès des chariots de butin, emplis de richesses moins spectaculaires que les captifs ou le bétail, mais bien plus étranges et rares.

Les commentaires sont fermés.