Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/07/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 53

Tout en s'adressant à lui, il n'avait cessé de regarder la foule indistincte des guerriers. Les visages, assombris par la nuit naissante, s'y confondaient. Ne distinguant plus leurs expressions, il revint à lui. Ses mâchoires s'étaient contractées. Il avait blêmi en entendant la sentence qui le frappait. Avant que Kleworegs ne se retourne, il s'était repris. Il arborait devant son chef, à un pas de lui, un masque indifférent. Même sous la douleur la plus extrême, il n'aurait, de lui, rien d'autre... Dût-il en mourir.
– ... Ça te fera mal, très mal même. N'oublie pas que pour nous montrer ton courage, tu ne devras ni bouger, ni crier. En revanche, tu peux serrer les mâchoires pour supporter la souffrance. Ouvre la bouche que je mette ce tampon de cuir entre. Il t'empêchera de grincer des dents. C'est un bruit si insupportable que ton cheval pourrait avoir un mauvais mouvement.
Le gros garçon acquiesça de la tête et ouvrit la bouche. Il prévint le geste de son roi.
– Tu as raison, j'appartiens à Thonros, il serait mal que Bhagos me lui vole.
Les guerriers l'approuvèrent. Il était pieux. Thonros lui donnerait le courage de supporter son châtiment. Kleworegs l'avertit une ultime fois :
– C'est tout simple. Si tu gigotes trop, tu te pends. Si tu cries, cette rosse est si nerveuse qu'elle partira au grand galop. Dans ton intérêt, sois courageux !

La première lame avait eu le temps, pendant le discours, de refroidir un peu. Ce ne fut qu'une faible, quasi insignifiante souffrance, quand elle s'abattit sur son épaule gauche... Très loin d'une caresse, rien de la douleur atroce redoutée et espérée à la fois. En le faisant aussi peu souffrir, Thonros le moquait et le considérait comme un guerrier au rabais... Pourquoi se dépréciait-il ? Il était un héros. Il avait eu grand mal, et l'avait supporté avec cœur. C'était plus valorisant. Il s'y tiendrait. Le plus désagréable du supplice était l'odeur de peau grillée qui le prenait à la gorge. Pourvu qu'elle n'affole pas son cheval dément. À peine commençait-il à y penser que la première épreuve cessa.

Les commentaires sont fermés.