Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/07/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 49

Ils arrivèrent sous la branche, à son exacte verticale. D'autres vétérans se précipitèrent. Ils l'aidèrent à se mettre debout sur le dos de la rosse. L'un d'eux, avec des gestes amicaux et presque tendres, lui passa sous le menton la corde du supplice. Dans la situation où il se trouvait ! Le guerrier si précautionneux voyait-il combien ses gestes étaient risibles ? Cet amusement fut bien fugitif. À l'instant, d'autres sujets, vitaux, requirent tous ses soins. Il devait se tenir sur la pointe des pieds pour éviter d'être étranglé par le cuir qui lui enserrait la gorge. Il avait mal. Ses kilos en trop, pesant à ses extrémités, tiraient tous ses muscles. Il serait, s'il s'en sortait, toujours tempérant... Ah, s'il avait participé avec plus de régularité et de zèle aux danses des guerriers ! Il aurait su faire des pointes. Il souffrirait moins.
(« Nous y voilà ! ») Il s'était familiarisé, pendant leurs deux jours de cohabitation forcée, avec son caractère. La rosse dont il sentait les dorsaux sous le coussinet de ses orteils était plus susceptible que ces plantes dont les gousses éclatent, projetant leurs graines à l'entour, au plus léger effleurement. Une vraie boule de nerfs. Le moindre éternuement, la plus infime douleur, la faisaient se cabrer, ruer, se rouler à terre. Sa situation était précaire. Le guerrier désigné comme bourreau lui parla avec douceur. Sensible à ce ton et à ces sonorités inhabituels, elle consentit à observer la plus stricte immobilité. Pourvu qu'elle persiste dans ces bons sentiments ! (« Bhage ! Que rien ne vienne la troubler ! ») Un peu trop de vacarme, un taon en mal de piqûre, elle se lancerait, en un instant, dans un furieux galop, causant sa mort nette et sans bavures.
Kleworegs s'approcha, l'allure calme et décidée. Il fut très admiré. Ainsi marche le dieu de la justice. Il installa son cheval, le plus beau de la troupe comme il sied au chef, près de la vieille bourrique, autant pour la surveiller que la maintenir.
(« Pourvu que, de jalousie, elle ne se mette à ruer ! ») Ses craintes en voyant arriver le superbe étalon furent vaines. Elle était d'un calme exceptionnel, quasi hiératique, comme consciente de la solennité du moment.
– Honte sur toi, qui as dormi pendant ton tour de garde ! J'espère que tu as eu le temps de t'en repentir la soirée d'hier et ce jour !
Il regarda son roi droit dans les yeux. Il ne desserra pas les dents. La question était de pure rhétorique. Il n'attendait pas de réponse. Il l'interrogeait à seule fin d'exposer sa théorie de la discipline.

Les commentaires sont fermés.