Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 48

Toujours juché, le pied bot fit coulisser le nœud coulant. Souple, bien fait, il briserait net le cou de la victime, au lieu de la laisser étouffer longtemps, langue pendante et yeux exorbités. Cette perspective le dégoûta. Il examina une nouvelle fois son travail. Kleworegs n'irait pas jusqu'au bout, mais... Autant lui éviter une mort ignominieuse, s'il était soudain devenu sanguinaire.
La corde était prête. Les conversations n'avaient pas cessé durant ces manipulations. Elles se turent d'un coup. La branche, la corde, rendaient présente la mort. Toute une cour de justice délivrant son jugement n'eût pas été plus éloquente. Le gros jeune homme, témoin impassible de tous ces macabres préparatifs, eut le plus grand peine, surpris par ce silence tombant comme une chape de plomb, à retenir des frissons. Tout était fait pour allonger au maximum les préliminaires de son exécution. C'était exaspérant... c'était rassurant. On ne mettait pas sans raison sa fermeté d'âme à l'épreuve. Combien, à sa place, seraient déjà devenus fous ?
Malgré son courage, il peinait à dompter la bête en lui, dévorée par la peur. Une irrépressible coulée de sueur parcourut son échine. Dieux merci, nul ne s'en aperçut dans la lueur du jour passant à la brune.
Il avait, dans son angoisse, une énorme envie de hurler. Qu'on en finisse, par les dieux ! En même temps, il regardait tous ces préparatifs comme s'il observait des fourmis traînant du grain tombé sur un sentier ou des corbeaux se disputant une charogne. Bien plus, son esprit sortait de son corps. Un second lui, impalpable et intangible, l'examinait et le jugeait. Il était satisfait. Son premier, sur sa rosse, se tenait bien devant la mort.
Il affecta une totale indifférence. Elle lui vaudrait l'estime générale. Le vétéran qui l'avait désentravé prit la haridelle par la bride et la mena vers l'arbre d'un pas lent, mais décidé. C'était le cheval le plus laid et le plus rétif parmi tous ceux capturés. Quelle honte de chevaucher cette bête, plus proche du cheval servile venu du midi outre les montagnes que du coursier ! Elle en effaçait son angoisse.

Les commentaires sont fermés.