Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/06/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, 29

- Alors, Kleworeg e, satisfait de ta campagne contre les Muets ?
- Plutôt ! C'est ma meilleure depuis que je guerroie... Ne me dis pas que tu as vu plus beau butin de ta vie !
- Certes non ! Et comment les as-tu trouvés ? Il m'a semblé... Remarque, ce que j'en dis, je ne suis pas guerrier... qu'ils se sont bien battus, cette année. Je suis même étonné que nous ayons eu aussi peu de pertes. Nous étions dans la main des dieux !
- Pas plus que de coutume. Ils ne savent pas se battre. Ils ne sont bons qu'à piller des villages sans défense et à attaquer de loin, à la flèche... Comme si c'était une arme de guerrier ! Avec, même une femme ou un enfant à peine sevré peut tuer un héros. A force, la guerre sera impossible... Ces armes de jet, c'est une idée de lâche !
- Alors, je comprends qu'ils les préfèrent par-dessus tout, et fuient ou se rendent toujours au moment du corps à corps. Ils ne savent pas se servir des armes des hommes. Il n'y a pas que ça. Il faut s'enfoncer de plus en plus profond dans leurs terres pour en capturer... Leurs terres ! ... plutôt leurs anciennes pâtures. Elles diminuent de plus en plus, à notre profit. Il n'y a pas si longtemps, notre koimos était un de leurs camps. Ils en menaient leurs raids. Maintenant, c'est nous qui les pourchassons, jusqu'à une lune et plus... Oui, ce sont des couards... Mais ne méconnais pas l'aide des dieux ! N'aie garde d'oublier qu'ils nous ont favorisés !
- Oui, oui ! (" Quelle plaie de devoir cent fois répéter la même rengaine... dans le vide, ou à ses dépens. Le sourire du prêtre était éloquent. ") C'est bien, très bien, d'avoir réussi à les repousser si loin. Dire qu'au temps du père de mon père, ils occupaient notre koimos. Bhagos, tout borgne qu'il soit, a reconnu cette injustice. Il a vu que nous avions le bon droit avec nous. Il a mis, dans notre cœur et notre sang, la volonté et le courage de les chasser de ces terres, notre héritage. Cela a été excellent. Elles sont nobles. Qu'y feraient ces Muets, gens immondes ?
- Ça, pour être immondes... Tout ce que nous en savons le prouve.
- Prêtre, toi qui sais tant de choses, tu en connais beaucoup plus que moi sur eux. Raconte, ça nous occupera le temps que les guerriers se reposent et digèrent.

Les rares guerriers éveillés, hormis les sentinelles et les gardiens affectés à l'inutile, mais routinière surveillance des captifs, se rapprochèrent. Ils avaient saisi le sujet de la conversation. Ils adoraient les histoires de Muets, toujours ridicules ou odieux dans les récits de leurs us et mœurs. Les veilleurs, frustrés d'une moisson d'anecdotes au prétexte d'une mission sans objet, pestèrent tout leur saoul. Il promit de tout leur répéter. Ils auraient l'essentiel du récit.

Les commentaires sont fermés.