Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2007

AUBE, SAGA DE L'EUROPE, p 27

Les ombres, nettes, noires, se dessinaient sous les chevaux. Les ventres, vides depuis la veille au soir, réclamaient, à force gargouillis, leur pitance. Un bon repas, un brin de repos, s'imposaient. Un peu plus loin se dressait un chêne solitaire. Enorme, élevé, il surmontait, orgueilleux, la steppe. Il ferait un havre parfait. Le prêtre le plus sage de l'expédition surenchérit. Cet arbre si opportun avait été, des générations durant, une divinité tutélaire. Il ne s'avançait guère. Le colosse ligneux, en majesté et en âge, avait tout d'un géant protecteur de la plaine. Quoi d'étonnant qu'il eût inspiré un culte à tous ceux aventurés dans ces parages !
A mesure de leur approche, il leur apparaissait de plus en plus le point de halte idéal, planté à dessein pour leur repos et leur agrément. Comme maint voyageur avant eux, empreints du même sentiment et de la même surprise, ils admiraient sa fière couronne de rameaux à l'abondant feuillage, loin au-dessus du sol. Des branches mortes, massives, la surplombaient, tendant vers le ciel leurs membres secs à l'écorce d'un morbide gris noir. Certaines étaient brisées à mi-hauteur et calcinées. C'était le tribut exigé par la foudre pour lui conférer son caractère sacré. Bien loin de détruire la gigantesque essence, il n'avait qu'ajouté à sa puissance. Avec son sommet chauve et sa couronne de ramures fournies, il évoquait la tête d'un vieux sage, porteur d'ancestraux et incroyables secrets.
Kleworegs, et tous ceux à portée d'oreille du prêtre, en eurent en arrivant la confirmation. Une niche creusée de main d'homme dans son tronc à l'écorce craquelée attestait qu'on lui avait, de toute antiquité, réservé un culte et offert sacrifices et oblations. A son tour, il l'honorerait et le remercierait de l'hospitalité de son ombre et de sa fraîcheur. Il prit son outre à demi remplie d'hydromel. Il en versa une bonne gorgée au pied du colosse.
Une telle libation était, en temps ordinaire, de la fonction et du privilège du premier prêtre. Il n'en avait pas tenu compte. Il ne s'en formaliserait pas. Il était tout à admirer le géant, si loin de sa zone de prédilection. Il ne s'en rassasiait pas. Ce chêne était un prodige de la nature et une bénédiction pour le voyageur : balise remettant sur le bon chemin l'homme fourvoyé, abri à l'ombre accueillante protégeant du soleil ardent du midi ou de la pluie battante, halte bienvenue où l'on pouvait, dans une pénombre fraîche et lénifiante, se reposer et manger le temps que les éléments déchaînés retournent à leurs entraves ou que l'œil du ciel cesse de briller à vouloir embraser la terre.

Commentaires

Je partage votre conseils du sujet, et on vous suis vraiment reconnaissant d'avoir donnée tant de renseignement sur votre blog.

Écrit par : cote match france | 15/06/2014

Les commentaires sont fermés.